mercredi 7 juillet 2021

Hugo est gay - Hugues Barthe


J’ai découvert Hugues Barthe avec L’Été 79 (<CLIC) suivi de L’Automne 79 (<CLIC) deux romans graphiques sincères et touchants, récits autobiographiques d’une enfance compliquée marquée par l’alcoolisme et la violence d’un père. Relisez mes billets et vous comprendrez.

Dans Hugo est gay, récit d’inspiration autobiographique encore, l’émotion et l’authenticité sont une fois de plus au rendez-vous. Tout sonne juste, tout sent le vécu, le ressenti n’en est que plus fort pour le lecteur.

Je ne vous précise pas le sujet, tout est dans le titre. L’originalité ici vient du fait de la multiplicité des points de vue sur l’homosexualité selon les époques.

Le Hugo des années 2000 va rencontrer un adolescent débarquant de 2021 puis un homme débarquant des années 50.

Moralité, les choses ont changé, changent et changeront encore. Mais il reste encore tant à faire, à faire accepter, à faire bouger…

N’oubliez pas, « L’homophobie nuit gravement à votre entourage »… 

 

 

Merci à Babelio & aux Éditions La boîte à Bulles !

 

ISBN 978 2 84953 395 6 
104 pages
2021
16€

 


mardi 29 juin 2021

Sauveur & fils - Saison 1 à 6 - Marie-Aude Murail - Les blablas du weekend chez Nad & manU (12)



Sauveur St-Yves, psychologue antillais que l'on imagine aussi lumineux qu'infiniment attachant, il vous donnerait envie de vous allonger sur son divan et de vous épurer l'âme. Il reçoit dans son cabinet des enfants et ados aux maux de toutes sortes, des consultations que son fils Lazare épie parfois à travers la porte close. Je suis complètement accro! Aux jeunes patients avant tout, à leur Sauveur de psy, aux rires et aux maladresses des uns et des autres, aux hamsters bien sûr, c'est attendrissant et rafraîchissant, je ne peux plus m'en passer! Aussi bon que de laisser fondre en bouche un carré de chocolat...

Ces livres te font le même effet mon kinG?

 

Complètement! Je dirais même que j'ai l'impression de retrouver des amis ou des membres de la famille chaque fois que je me plonge dans un nouveau volume. J'ai englouti les 3 premiers volumes à la suite et chaque fois, je me jette avec ferveur sur le dernier. Quelle chance tu as, il t'en reste tant à découvrir! Et tu vas voir, tu n'es pas au bout de tes surprises! Il s'en passe des choses au 12, rue des Murlins...

 

Je débute la saison 3, c’est du bonbon tant c’est bon! Ah pour ça, oui! On revisite en lecture un parent, un frère, une nièce, un neveu, qui sait, on se revoit à un certain âge. Ces livres sont une bouffée d’humanité, d’humour, de tendresse aussi, des sentiments qui apaisent les maux de vivre. Une gamme de personnages, tous aussi humains les uns que les autres, faisant face à la dépression, au divorce des parents, à des phobies scolaires, à l'automutilation, à une reconstruction familiale complexe, aux défis de la vie de couple et familiale, à Ella qui souhaite devenir Elliot, aux relations parents-enfants, à toutes sortes d’addictions, des bonbons Haribo au World of Warcraft, la liste est infiniment longue, à l’image des maux de la société! C’est du quotidien et c’est infiniment bien raconté, parole de psy. Pour ce que ça vaut!

Qu’est-ce qui t’a particulièrement touché, toi? Une histoire, certains personnages?  

 

Difficile à dire, c'est un ensemble, c'est un roman choral. Je crois que je les aime tous un peu de manières différentes pour des raisons différentes. J'aime le fait que Sauveur ne soit pas infaillible. J'aime Lazare et son côté posé, réfléchi, même si je le trouve parfois un peu trop parfait. Et puis, j'aime Gabin, écorché vif toujours tellement touchant, ses blessures, son père absent... Tu vois je pourrai encore continuer comme ça longtemps. D'ailleurs, ça me donne envie de me replonger dans le grand bain de la rue des Murlins !

 

 
 Rendez-vous dans quelques temps pour les prochains Blablas de Nad et manU !
 

lundi 28 juin 2021

Papa et maman ne s'aiment plus - Corinne Demuynck & Elise Fugler

 


 

"Avant, mon papa et ma maman s'aimaient très fort."

Voilà un album destiné aux petits à partir de 3 ans qui remplit parfaitement son office. Consacré à la séparation, un sujet pas facile à aborder, il formule les choses clairement et simplement. Symboles et couleurs à l’appui, le dessin soutient parfaitement le propos.

Accompagnée par un adulte, une lecture qui aidera à aborder un sujet délicat auxquels de nombreux enfants sont confrontés chaque jour. Et surtout le message est clair, quoiqu’il arrive, même s’ils ne s’entendent plus, les parents continueront toujours à aimer leur enfant.

Merci à Babelio & aux Éditions du Jasmin !

ISBN 978 2 916468 36 5
32 pages
2021
13,50€

 

 

samedi 12 juin 2021

Le Juke-box du samedi - L'Homme idéal - Bertrand Burgalat

 


L'homme idéal, c'est moi ! Vous ne le saviez pas ? Mais ne l'ébruitez pas trop, je serai victime de mon succès...

 

Bertrand Burgalat, L'Homme idéal (2021) 

 

samedi 5 juin 2021

Le Juke-box du samedi - Le Reste - Clara Luciani

 


Je sais, vous allez l'entendre tout l'été...

« Je ne peux pas oublier ton cul et le grain de beauté perdu
Sur ton pouce et la peau de ton dos
Le reste, je te le laisse mais je retiens en laisse
Le souvenir ému de ton corps nu »
 
Clara Luciani, Le Reste (2021) 

samedi 29 mai 2021

Le Juke-box du samedi - Amoureux Solitaires - Lio

 


A l’origine, c’est une chanson du groupe punk rock Stinky Toys. La chanson a été remodelée pour Lio avec des paroles en français de Jacques Duvall et une musique électro de Jacno. Les paroles, le son, l’interprète, tout est audacieux, avant-gardiste et original. C’est le début de l’électro « made in France » qui fera bien des émules par la suite …

« Eh toi, dis-moi que tu m'aimes 
Même si c'est un mensonge 
Et qu'on n'a pas une chance 
La vie est si triste 
Dis-moi que tu m'aimes 
Tous les jours sont les mêmes 
J'ai besoin de romance 
 
Un peu de beauté plastique 
Pour effacer nos cernes 
De plaisir chimique 
Pour nos cerveaux trop ternes
Que nos vies aient l'air 
D'un film parfait! »

Le miroir parfait d’une époque que je regrette sur bien des plans : les années 1980 !

Lio, Amoureux Solitaires (1980) 

 

lundi 24 mai 2021

Le Juke-box du [ lundi ] - Tubthumping - Chumbawamba

 


 

Janvier 1999. À grand renfort de bandes annonces, TF1 dévoile les premières images de la prochaine série américaine pour ados diffusée sur son antenne, Dawson. En fond sonore, je découvre un air que j’aime d’emblée. Même si la bande annonce est multi diffusée, la chanson est en anglais et je ne saisis que quelques mots. La diffusion de la série commence, je regarde mais ne retrouve pas l’air en question. Pas d’internet à l’époque pour creuser la recherche.

Quelques mois ou années plus tard, la BOF sort en France, j’achète le CD. Raté, la chanson n’y figure pas.

Quelques mois ou années plus tard, j’entre dans un centre commercial, j’entends quelques notes de cette chanson. J’essaie de me renseigner. Impossible de me donner un titre ou une station pour que je trouve enfin le nom de cette putain de chanson !

Mai 2021. Au hasard d’une pub à la télé pour un opérateur de téléphonie, j’entends à nouveau cette putain de chanson ! Merci internet, enfin je trouve le titre imprononçable de la chanson et le nom imprononçable du groupe.

Et je découvre qu’il s’agit d’un groupe punk anglais ! Tout s’explique, je le savais bien que je suis un putain de punk au fond ! ^^

Trêve de (longs) bavardages, cette chanson et ses paroles vont comme un gant à un vieux Bison des plaines à qui je souhaite un putain de bon anniversaire !

 

"He drinks a Whiskey drink
he drinks a Vodka drink
He drinks a Lager drink
he drinks a Cider drink"

 

Ils ont même fait une version en français ! Admirez les paroles...

 

" Un coup de whisky, ici
Un coup de vodka, là
Un coup de bière, ici
Un coup de rouge, là"

Un coup de whisky, ici
Un coup de vodka, là
Un coup de bière, ici
Un coup de rouge, là
https://lyricstranslate.com
Un coup de whisky, ici
Un coup de vodka, là
Un coup de bière, ici
Un coup de rouge, là
https://lyricstranslate.com

 Chumbawamba, Tubthumping (1997)

samedi 22 mai 2021

Le Juke-box du samedi - Nightcall - Kavinsky

 

 

D’aucuns trouvent ce genre de musique informe, insipide, inconsistante. Moi je suis sensible à la mélancolie qui s’en dégage. C’est languissant, langoureux, lancinant.

Chantre de la musique électro, Vincent Balorgey, plus connu sous le pseudonyme de Kavinsky, a gagné une dimension internationale grâce au film « Drive ». Et pour finir toutes les images apocalyptiques qui me venaient à l’esprit quand je l’écoutais sont aujourd'hui devenues réalité…

Kavinsky, Nightcall (2010)

 

lundi 17 mai 2021

Le Bruit du rêve contre la vitre - Axel Sénéquier


« En bâtissant des villes toujours plus imposantes, les hommes avaient écrasés la nature sous un tapis de pierres, de bitume, de goudron. Afin de ne pas oublier, ils avaient aménagé des espaces verts, sortes de zoos pour végétaux. Et voici que par un inouï clin d’œil du destin, la vie animale réinvestissait les lieux. Si le confinement durait, peut-être que l’homme retrouverait sa juste place dans l’ordre du monde ? »

Un apprenti poète qui se défoule sur sa compagne quand tombent les refus des éditeurs. Un musicien confronté à l’horreur des EHPAD. Un père de famille découvre les « joies » de l’école à la maison. Les remords d’un couple qui fuit la grande ville pour se réfugier à la campane. Une influence mode intraitable jusqu’à ce qu’elle se retrouve prise à  son propre piège. Un « risk manager » quadra tenté de changer radicalement de profession. Un patient entre deux mondes, entre la vie et la mort, entre rêve et réalité. Quand la nature reprend ses droits ou presque. Quand les mots envahissent les balcons pour atténuer les maux. Quand des fantômes allègent un peu la solitude. Quand fabriquer son pain devient une échappatoire puis l’instrument d’une vengeance. Un apéro zoom qui vire au règlement de compte.

« En décrétant le confinement, on avait comme retiré une bonde sous la ville et toute la vie s’y était échappée. Ce gamin président était un tocard, il aurait dû rester banquier. »

Il fallait bien Axel Sénéquier pour me donner envie de lire un recueil de nouvelles parlant du confinement. En même temps, ayant adoré son premier recueil de nouvelles Les Vrais héros ne portent pas de slip rouge (<CLIC), je savais que la qualité serait au rendez-vous. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne me suis pas ennuyé une seconde.

Style maitrisé, histoires variées, chutes surprenantes ou amusantes, petites touches d’humour et surtout aucun misérabilisme ni pathos dans ce recueil à savourer de la première à la dernière page.

Vous aussi, laissez-vous séduire par Le Bruit du rêve contre la vitre

 


 

ISBN 978 2 931080 12 2
146 pages
2020
16€
(Livre reçu en service de presse)
 

samedi 15 mai 2021

Le Juke-box du samedi - Disconnexion - La Femme

 

 

Qu’est-ce que c’est que ce truc ? D’abord une chorégraphie disco plus qu’énergique : robe à strass et paillettes, choucroute sur la tête et ondulations langoureuses. On passe ensuite sur un plateau télé des années bissextiles. Costume en velours côtelé, crâne rasé et pipe en bois, Michel Foucault se lance dans une logorrhée à portée philosophique sur la difficulté d’être. Puis, un bouffon bluffant entonne un air de banjo endiablé qui met le feu au plancher. Enfin, une diva fantomatique, digne de l’hologramme de Mélenchon lors d’un meeting de la France Insoumise se lance dans des vocalises acryliques, électriques, synthétiques sur fond de chœurs lancinants…

On secoue le tout dans un shaker en inox et on obtient « Disconnexion » ! « Nous arrivons à nous déconnecter de cette réalité pascalienne qui nous effraie tant ». Le groupe La Femme prend un virage électro et nous sert là un cocktail détonnant qui nous en fait voir de toutes les couleurs. Vous en reprendrez bien une rasade, non ?

La Femme, Disconnexion (2020) 

 

lundi 10 mai 2021

Une Arête dans la gorge - Christophe Royer

 


"Comme une mauvaise mélasse collante, tout se mélangeait dans son esprit : le passé, le présent, les raisons de sa colère."

Après Lésions intimes, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé le commandant Nathalie Lesage dans cette nouvelle enquête. Fraîchement mutée à la criminelle de Lyon, elle va devoir faire ses preuves pour se faire accepter. Une série de meurtres va vite lui en donner l’occasion.

Les arêtes lyonnaises, vous connaissez ? Je ne connaissais pas non plus ! Une fois plongé dans ce thriller, vous n’aurez qu’une envie, aller sur le net et creuser encore un peu le sujet. Après les traboules, encore une étonnante particularité de la ville des lumières…

Avec Une Arête dans la gorge, Christophe Royer nous offre une enquête palpitante qui explore autant les méandres de l’âme humaine que le milieu très opaque des francs-maçons mais surtout les bas-fonds de la capitale des Gaules.

 
 
 
ISBN 978 2 37258 082 3
384 pages
2020
10,95€
(Livre reçu en service de presse)
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...