samedi 19 janvier 2019

La Folle rencontre de Flora et Max - Coline Pierré & Martin Page






"Il y a beaucoup de choses qui m'échappent chez les êtres humains (le fait qu'ils soient si peu humains, principalement)."

 
Roman lu d’une traite, Flora et Max m’ont embarqué dans leur folle rencontre épistolaire.

Deux ados que la vie n’a pas épargnés. L’une est en prison pour avoir frappé une lycéenne qui la harcelait. L’autre vit reclus chez lui depuis que de terribles crises d’angoisse l’empêche d’affronter le monde extérieur. Des prisons différentes mais des prisons quand même.

Deux solitudes, deux existences peu communes, deux êtres différents que leurs particularités, que les mots vont rapprocher. Ensemble, ils vont s’aider à retrouver la lumière.

Roman terriblement humain, empathique, positif, une réussite !

ISBN 978 2 211 22394 2
200 pages
2015
14,50€
 

mercredi 16 janvier 2019

Mon bison - Gaya Wisniewski


La première fois que je l'ai vu, c'était le printemps.
Dans les hautes herbes, je ne voyais pas grand chose du haut de mes quatre ans.
Maman m'a prise dans ses bras et m'a dit :
"Regarde ! Il est revenu !""

Au cœur de l’hiver, une petite fille de quatre ans et un bison tentent de s’apprivoiser. Lentement, patiemment, un regard, une caresse, un peu de nourriture, la complicité se crée et le contact finit par se faire.

Puis au printemps, le bison part rejoindre ses congénères loin de la forêt. Mais l’hiver suivant, il revient et les deux amis se retrouvent. Le bison reste parfois silencieux mais sa présence est toujours bienveillante. Parfois, assis dans la neige, ils se réchauffent l’un l’autre.

Les années filent, les cheveux grisonnent, les poils deviennent rêches et un jour le bison ne revient pas mais dans le cœur de la petite fille devenu vieille femme, le bison à jamais demeure...


S’il est une grosse bête repoussante au premier abord, c’est bien le bison ! Le pari de Gaya Wisniewski d’en faire le héros d’un album jeunesse s’il est osé, s’avère au final totalement réussi.

Dès la couverture, d’un dessin charbonneux dont la noirceur pourrait rebuter, d’emblée transparait la douceur.

Alliant fusain, peinture et aquarelle dans des illustrations débordantes de tendresse, Gaya Wisniewski offre un petit bijou de poésie sur une amitié pas comme les autres. 

Mon bison, un bel album, une « grosse bibite  ben trop cute ! »


www.editions-memo.fr/


Merci à Babelio et aux Éditions MeMo !

ISBN 978 2 352894001
36 pages
2018
15€
 

dimanche 13 janvier 2019

Andy : Un conte de faits - Typex


« - Je veux que tu me promettes que le petit Andy ira à l'université. Qu'il puisse devenir prêtre, ou ce qu'il voudra... Je te le dis, ce gamin sera notre fierté un jour... » 

S’il est un artiste que la démesure n’a jamais dérangé, bien au contraire, c’est sans aucun doute Andy Warhol.

En cela, s’il était encore de ce monde, cet ouvrage, niveau format, ne pourrait que lui plaire. Un roman graphique imposant de 562 pages pour 1,55 kg à la tranche aussi argentée qu’a pu l’être sa perruque sa chevelure, voilà un objet remarquable au sens premier du terme. Il m’a rappelé un autre livre imposant consacré à une exposition de ses œuvres dont j’ai eu l’occasion de parler ICI.

Graphiquement, Typex l’auteur a fait un travail tout aussi remarquable. Une somme de dessins aux couleurs et styles différents selon les 10 différents chapitres découpant la vie de l’artiste, allant d’une enfance presque monochrome jusqu’à l’apogée de l’artiste avec couleurs et dessins imprégnés de l’esprit « pop art ». 10 chapitres pour 10 livres en un comme l’indique la quatrième de couverture. Un travail de titan.

N’espérait pas une monocorde « Ode à Andy », toute à sa gloire et à son génie. Si génie il est, le portrait est sans doute fidèle mais sans concession. Andy Warhol y apparait bien peu sympathique, personnage complexe et complexé mais égocentrique, égotiste, égoïste, indifférent, ne se souciant que de lui-même et de la publicité autour de son œuvre au détriment de son entourage.

Mais une existence aussi riche est forcément passionnante ne se serait-ce que par ses rencontres avec le tout Hollywood ou le gratin littéraire de l’époque, de quoi ravir les amateurs de « name dropping ». 

Enfin, on s’amusera ou s’étranglera, c’est selon, de le voir souvent plus intéressé par la taille de la « queue » de ses interlocuteurs mâles, plutôt que par leur personnalité… 

Andy, un conte de faits, laissez-vous tenter, si le voyage peut sembler long il vaut sacrément le détour, un ouvrage à la (dé)mesure du personnage !!

Merci à Babelio et aux Éditions Casterman !

ISBN 978 2 203 12737 1
562 pages
2018
35€
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...