dimanche 16 février 2014

Le Miroir se brisa - Agatha Christie




Saint Mary Mead est en effervescence. Jason Rudd, le réalisateur de cinéma, vient de racheter Gossington Hall, cadre d’une précédente enquête de Miss Marple, et de s’y installer avec son épouse, la célèbre comédienne Marina Gregg, qui va prochainement faire son retour à l’écran. Les présentations avec les villageois vont se faire à l’occasion du bal des Ambulanciers de St John dont « l’infatigable secrétaire », une certaine Heather Badcock est une fervente admiratrice de Marina Gregg. L’occasion pour elle de rencontrer son idole.

De la rencontrer une deuxième fois pour être précis. En effet, il y a bien longtemps, elles se sont déjà rencontrées. Et Heather Badcock de se lancer dans un récit à n’en plus finir face à une Marina Gregg feignant l’intérêt devant ce récit sans fin dont elle ne semble évidement n’avoir pas gardé le moindre souvenir. La gêne s’installe soudain. Marina a décroché et semble pétrifiée par la vision d’un tableau sur le mur face à elle. Un tableau de Vierge à l’enfant. Jason Rudd vient au secours de sa femme. On sert quelques cocktails. Et soudain le drame, Heather Badcock s’écroule inanimée.

Qui a bien pu en vouloir à la bavarde mais néanmoins dévouée Heather Badcock au point de l’empoisonner en pleine réception ? Mais est-ce bien elle qui était visée ? Et si la personne visée n’était autre que Marina Gregg ?

C’est une Miss Marple âgée et affaiblie, mais à l’esprit toujours vif, qui va mener l’enquête sans quasiment quitter son cottage. Epaulée par l’inspecteur Craddock de Scotland Yard, par sa femme de ménage Cherry, par tous les ragots qu’elle obtient des habitant de Saint Mary Mead ainsi que d’une « certaine connaissance de la nature humaine », Miss Marple va tenter de dénouer les fils de cette intrigue.

A noter, que pour le personnage de Marina Gregg, Agatha Christie s’est inspirée de la vie de la comédienne Gene Tierney. Celle-ci ayant contracté la rubéole pendant une de ses grossesses donna naissance à une enfant aveugle et anormale. Elle ne s’en remit jamais vraiment.

Agatha Christie prend un malin plaisir dans ce roman à multiplier les personnages secondaires et les fausses pistes pour mieux nous perdre et nous embrouiller. On sent à travers son personnage de Miss Marple son inquiétude face au temps qui passe et face à l’évolution de la vie de village avec les nouveaux quartiers qui poussent comme des champignons. L’inquiétude sur la solitude liée à l’âge est également palpable. Mais on ne s’ennuie pas une seconde, on en redemande, on n’a qu’une seule envie, replonger dans les romans de Dame Agatha !


Plus de vingt ans je crois que j’avais envie de lire ce livre. Impossible pour moi d’en parler sans évoquer son adaptation au cinéma par Guy Hamilton, réalisateur de plusieurs James Bond. Je me souviens encore de la première fois où je l’ai vu, de l’endroit et avec qui. Je me souviens que j’avais été plutôt surpris par cette enquête, mélange approximatif mais savoureux de kitsch, de vulgarité, de cynisme et d’humour. Le tout servi par un casting quatre étoiles : Angela Lansbury dans le rôle de Miss Marple, Géraldine Chaplin, Tony Curtis, l’actrice hitchcockienne Kim Novak, Rock Hudson et Liz Taylor dans le rôle de Marina Gregg.

L’humour est très présent dans le film et le trait particulièrement exagéré mais c’est aussi ce qui contribue à mon plaisir de spectateur. Tony Curtis, Kim Novak et Liz Taylor en font des caisses et si on passe outre, on se marre franchement. Un second degré s’impose il me semble. L’ex-sublime interprète de Cléopâtre a dix kilos de trop et lors de son entrée en scène porte une espèce de chapeau grotesque. Chapeau est d’ailleurs un bien grand mot pour ce qui tient davantage du bonnet de bain en caoutchouc recouvert de fleurs en plastique bon marché !!

Les personnages interprétés par Tony Curtis et Kim Novak sont beaucoup plus développés dans le film et légèrement différents du roman. De même, d’autres personnages du roman sont occultés ou modifiés et la fin est beaucoup moins subtile et ambigüe que le roman peut l’être…

J’en termine en espérant ne pas vous avoir perdu en route, vous avoir donné un peu envie de lire ce roman ou de voir son adaptation ou les deux, ce serait encore mieux !

Qu'a bien pu voir Marina Gregg ?


ISBN 9782702429112
253 pages
1962

15 commentaires:

  1. Oui oui tu m'as donné l'envie de lire et de voir !
    Je compte bien lire de nouveau du Agatha Cristie. Le dernier lu Les travaux d'Hercule. Je n'en ai pas parlé sur mon blog mais j'ai bien aimé ces nouvelles mettant en scène Hercule Poirot que j'adore !
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool alors ! :)
      Je n'ai pas lu Les Travaux d'Hercule mais ça viendra, c'est sûr.

      Supprimer
  2. Je ne me suis pas perdu. J'étais sur le qui-vive avec Miss Marple pour avoir une idée sur ses investigations délicieuses. Je la suivais attentivement, alors que cela faisait des décennies que je ne l'avais plus croisée, cette vieille enquêtrice. Et puis il y a eu le passage sur Kim Novak...
    Et là, je crois que j'ai dévié un peu du sujet, j'avais oublié l'enquête, la morte, miss Marple ou Tony Curtis. Je restais fixé sur son regard d'antan... Le meurtre ? peu importe, il y a Kim qui me regarde...

    RépondreSupprimer
  3. Tu ne m'as jamais perdu bien au contraire.
    Le bonnet ridicule est ce peut être une volonté du réalisateur non, pour ce rôle ? d'ailleurs étrange que Liz est acceptée de porter ce chapeau ridicule ? N'était elle pas si exigeante durant les tournage justement ?

    Tu m'as donné envie de découvrir le film et le livre tout autant, quand ma pile sera un peu descendue, depuis le temps que j'en entends parler de cette Agatha ;)

    Gene Tierny ... wahou qu'elle était belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gene Tierny...
      Je ne connaissais pas...
      Alors, je me suis précipité pour voir quelques photos...
      et je confirme le wahouuuu
      mais ce n'est que l'avis d'un bison...

      Supprimer
    2. Encore une belle brune !! ;)

      L'avis d'un bison donc l'avis d'un connaisseur en brunes et en blondes...

      Supprimer
  4. Un compte-rendu qui ne peut que nous donner envie de lire cet ouvrage. Merci et bonne semaine, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, n'hésite pas alors !
      Bonne semaine à toi aussi.

      Supprimer
  5. Je n'ai pas lu le livre par contre j'ai vu plusieurs fois le film que j'aime beaucoup. Comme tu dis, c'est kitsch mais charmant. Tous les acteurs en font des tonnes, les costumes sont moches et la façon de vieillir Angela Landsbury est grotesque mais, pourtant, ça marche :) Il faudra que je lise le livre, un de plus ! ;)

    RépondreSupprimer
  6. C'est tout à fait !
    Je suis entièrement d'accord pour Angela Lansbury. Perso, en plus, je la trouve trop grande pour être Miss Marple...
    Elle est bien plus drôle dans Mort sur le Nil, dans le rôle de l'extravagante Salomé Otterbourne ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui celui où elle appelle Poirot «Monsieur Porridge» ! Je l'adore dans ce film :)

      Supprimer
    2. Exactement ! Autrefois, je l'avais en VHS, maintenant je me contente de le regarder chaque fois qu'il passe ! ^^

      Supprimer
  7. Si tu savais à quel point j’suis déterminée à t’le trouver dans ta collection celui-là! :D
    Oh et le beau chapeau casque de bain violet sur la tête! ^^
    Rappelles-moi de voir l’adaptation cinématographique…
    Quel billet, ça se voit mon King à quel point t’es passionné! Crôaaaaa slurpppp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-il pas "ravissant" ce "charmant" bonnet de bain-pot de fleurs ??? ^^
      Le film est kitch à souhait mais plein d'humour, je me marre chaque fois que je le regarde ! Et je l'ai vu un paquet de fois...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...