jeudi 28 septembre 2017

La Maison bleu horizon - Jean-Marc Dhainaut



"Quatre nuit qu'Hélène ne se rendormait pas après avoir été réveillée par son petit garçon. Elle sentait bien que quelque chose n'était plus normal dans sa maison. Et plus particulièrement cette nuit du 3 au 4 janvier, lorsqu'une fois sur le palier, elle entendit des bruits de pas derrière elle. En se retournant, elle vit la porte de la chambre de Thomas se refermer brutalement. Terrorisé, l'enfant hurlait. Ses cris résonnaient dans toute la vieille bâtisse. Hélène s'était jetée sur la poignée, et malgré tous ses efforts, la porte refusait de s'ouvrir."

Imaginez, vous êtes une femme, votre mari en voyage d’affaires ne donne plus de nouvelles, votre fils se réveille toutes les nuits à la même heure en hurlant, des portes claquent violemment et restent bloquées sans raison logique. En plus, à l’étage de votre nouvelle maison vous entendez des bruits de pas et encore pire des pleurs d’enfants déchirants dont vous ne parvenez pas à identifier l’origine. Avouez qu’il y a de quoi paniquer !

C’est justement ce qui arrive à Hélène qui, désemparée, décide de faire appel à Alan Lambin, enquêteur en phénomènes paranormaux.

Vous allez me dire, encore une histoire banale de maison hantée et de fantômes ? Ce à quoi je vous répondrais, pas seulement !

Au fil des pages, l’histoire évolue et ce qui pouvait, au premier abord, apparaître comme une histoire déjà vue prend une tournure radicalement différente. Le coup de force de l’auteur est d’avoir subtilement mêlé la petite histoire avec la grande ce qui donne toute sa force à son roman. Mais je ne vous en dis pas plus...

Combinant ambiance fantastique et faits historiques à une écriture hyper accrocheuse, Jean-Marc Dhainaut réussit avec La Maison bleu horizon un roman inquiétant et surprenant qui se dévore davantage qu’il ne se lit !


Des infos sur la genèse de cette histoire sur le site de l'auteur : 

ISBN 978 2 37258 028 1
260 pages
2017
9,99€
(Livre reçu en service de presse)
 

mardi 26 septembre 2017

DVD - Taekwondo - Marco Berger & Martin Farina (2016)


Fernando décide d’inviter German, un de ses amis du taekwondo, à passer un weekend avec une bande de potes dans sa villa avec piscine. Fernando est attiré par German mais ignore si celui-ci est homosexuel. Tout au long du film, les deux hommes se parlent, se sourient, se frôlent et il faudra attendre la toute fin du film pour savoir si Fernando avait ou non raison d’espérer.

La bande de potes s’amuse, fait du sport et passe beaucoup de temps à parler : sexe, sport, politique ou littérature. Et puis, ils dorment aussi. Le rythme est lent, très lent. Le réalisateur filme au plus près des corps, beaux, bronzés et musclés de préférence. On est en Argentine, il fait chaud, ce qui l’arrange plutôt, donc tous ces corps lascifs se baladent à demi-nus ou encore mieux carrément à poils. Il en profite donc pour filmer leurs pectoraux saillants, leurs cuisses puissantes, leurs poils, leurs boxers bien remplis… Bon je m’arrête là, je pense que vous avez saisi l’idée générale et j’ai peur qu’on en perde quelques-uns ou quelques-unes en route ! ;)

Je crois que le terme d’homoérotisme n’aura jamais été mieux adapté qu’à l’ambiance de ce film. Ambiance qui ravira les garçons qui aiment les garçons ou les filles qui aiment regarder les beaux garçons mais qui pourra aussi en agacer certains.

Si vous avez envie d’un film d’arts martiaux, passez votre chemin mais si vous aimez les beaux abdos, c’est le film qu’il vous faut ! ;)




DVD sorti le 26 mai 2017 chez Outplay
 
Merci à Cinetrafic et Outplay !
L'avis de From the avenue !
Marco Berger & Martin Farina
2016
Avec Lucas Papa, Gabriel Epstein...

vendredi 22 septembre 2017

Le mari de mon frère - Tome 1 - Gengoroh Tagame - Les blablas du weekend chez manU & Nad (4)



Quand j’ai découvert ce manga, Le Mari de mon frère, j’ai tout de suite eu envie de te le faire découvrir. Je me suis dit que toi aussi tu serais touchée par l’humanité de ses personnages principaux.

L’histoire commence quand Mike, type au look de gros bûcheron canadien baraqué, débarque au Japon chez Yaichi, son beau-frère. Détail qui a son importance, Yaichi est le frère jumeau du défunt mari de Mike qui a souhaité venir découvrir le pays de son amour disparu.

Yaichi n’est pas sans éprouver un certain malaise lié à la présence de cet homme, homosexuel, chez lui, inquiet du qu’en dira-t-on et du jugement de son voisinage. A contrario, sa fille Kana, désarmante de naturel, et sans tous les préjugés qui peuvent encombrer l’esprit des adultes, est super heureuse de la présence de ce gentil tonton venu du froid.

Alors, qu’as-tu pensé de ces trois-là ?  

Ce sont des personnages comme je les aime et que l’on croise rarement...

Tu avais raison, j’ai même été profondément touchée par leur humanité, leur sensibilité et leur côté introspectif. La petite Kana est craquante et même croquante! Quelle est belle avec son innocence de petite fille épurée de tous préjugés, débordante d’enthousiasme, pleine d’humour et spontanée! Je l’ai trouvé tellement attachante avec ses grands yeux curieux et ses milles questions au tonton Mike, toutes en douceur, assoiffée de comprendre le monde qui l’entoure. Parce que ce tonton elle s’y attache et d’ailleurs, comment faire autrement, il est charmant comme tout! Le portrait type du gros bûcheron bien poilu, bien viril, chemise à carreaux, avec un cœur gros comme ça et habité de sentiments forts. Son mari Ryôji lui manque, il en fait pitié, on voudrait le serrer dans nos bras qu’il en pleure un bon coup et se libère un peu de sa douleur, même si on ressent bien que Kana et Yaichi l’apaisent. Mais comme l’auteur le rappelle avec tendresse, c’est normal de souffrir et d’éprouver de la nostalgie quand on perd quelqu’un qu’on aime. Yaichi n’a pas vu son frère jumeau depuis dix ans, il arrive difficilement à répondre aux questions de sa petite Kana concernant ce frère et l’homosexualité. Ce que j’ai le plus aimé dans son personnage c’est son évolution, ses introspections et ses préjugés qui s’estompent. Au départ déboussolé par l’arrivée de Mike, mal à l’aise et déstabilisé, il prend conscience avec le temps du fait qu’il « était tellement ignorant ». Trois personnages que je n’oublierai jamais tant ils sont beaux!      

Et toi, qu’est-ce qui t’a le plus touché dans ce manga?

Difficile de dire ce qui m’a le plus touché, c’est davantage un ensemble de choses/faits qui donne sa richesse à cette histoire : la spontanéité/fraicheur de Kana, les doutes et l’évolution de Yaichi et parfois la détresse/douleur/tristesse dans le regard de Mike face au jumeau de son défunt mari. Peut-on imaginer sans l’avoir vécu ce qu’on peut ressentir en se retrouvant nez à nez avec le jumeau ou la jumelle de l’être aimé qu’on vient de perdre ? Ça a beau ne pas être la même personne, ce doit être particulièrement troublant.

Et sinon, qu'as-tu pensé de la rubrique "Petite leçon de culture gay" ? As-tu appris des choses ?

J’peux même pas imaginer le fait de se retrouver face au jumeau (elle) de la personne que l’on vient de perdre. Je suppose que l’on fait face à beaucoup de détresse et de douleur et que le deuil doit être encore plus difficile et long à traverser. En même temps, je me dis qu’au contact de cette personne, le fait de « revivre l’autre » nous aide peut-être à éprouver plus graduellement les maux liés à la perte, comme une soupape de transition émotive. Car il doit être aussi réconfortant de savoir que l’autre « vit » toujours, ne serait-ce qu’à travers une autre personne. Enfin je ne sais pas, il faut le vivre je crois pour le comprendre…

Sinon j’ai trouvé la « Petite leçon de culture gay » super intéressante! Les symboles ou expressions m’étaient familiers mais j’ai appris sur les origines du « triangle rose » comme symbole identitaire, Act Up qui s’en est servi durant l’épidémie du Sida, etc.

Il y a aussi dans ce manga de belles tranches d’humanité, comme par exemple lorsque Mike dit à Yaichi « vous êtes aussi le papa de Kana », sous-entendu « même si vous ne travaillez pas à l’extérieur ». C’est très beau tu ne trouves pas?

Superbe oui ! Encore une preuve de la grande ouverture d'esprit que l'auteur instille tout au long de cette histoire ! 
Alors, partante pour la suite ?

Je n'ai pas pu résister pantoute à m'offrir le plaisir de lire de tome 2... et même le 3! <3
Alors dans ce prochain Blabla, on s'fait quoi mon kinG d'la banquise?




Rendez-vous dans quelques temps pour les prochains blablas de manU et Nad !


Lire aussi le billet enthousiaste de Cristina que je remercie pour cette découverte ! ;)
Et celui de From the avenue !


ISBN  2369741546
180 pages
2016
7,95€
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...