jeudi 11 octobre 2018

À Paris sous les bottes des nazis - Jean Eparvier


Aujourd'hui, je laisse la parole à Anthony, contributeur occasionnel du blog.

 
Déniché sur l’étal d’un bouquiniste du parvis de Notre Dame la Grande à Poitiers, A Paris sous la botte des nazis est une belle trouvaille très illustrée, à la présentation soignée et à la police vintage.

Il nous fait revivre l’occupation de Paris avec un parti pris affiché, un esprit revanchard assumé. Les propos cinglants sont parfois gênants pour lecteur d’aujourd’hui. Mais ils s’expliquent sans doute par la date de publication : 1944. Les cicatrices ne sont pas encore refermées. La résilience n’est pas encore de mise.

Au fil des pages, on est plongé dans l’atmosphère particulière de l’occupation. On entend presque le bruit des bottes de l’occupant, les murmures des collabos, la voix tonitruante du Général de Gaulle : «  Paris outragée, Paris brisée, Paris martyrisée mais Paris libérée ! »

« Et c’est ainsi que Paris a subi et rejeté les nazis qui pensaient asservir le monde ».

Éditions Raymond Schall
ISBN 2749140021
168 pages
1944 
-€

lundi 1 octobre 2018

Sir Alfred - Tim Hensley


"Il s'imaginait ressembler à Cary Grant. C'est difficile de se voir d'une certaine manière et de ressembler à tout autre chose."
S’il est un réalisateur qui continue d’inspirer et de fasciner des années après sa mort tant il a marqué les esprits par son talent et son génie créatif, c’est bien Alfred Hitchcock.

On ne compte plus les différents supports pour évoquer le maître : documentaires, films et une foultitude de livres, allant des biographies aux analyses filmiques en passant par les livres pour enfants ou les bandes dessinées. Cette fois, c’est par le biais du comics qu’un auteur s’empare de ce sujet aussi riche que complexe.

L’auteur, Tim Hensley, a été initié très tôt aux comics par un père passionné qui lui a transmis le virus et le moins que l’on puisse dire en refermant Sir Alfred, c’est qu’il a été bien inspiré tant le résultat est bluffant.


La mise en page est toute en inventivité. On appréciera des dessins tantôt en pleines pages, tantôt répartis sur plusieurs mais aussi sous la forme de pellicule de film ou encore de comic strip qu’on imagine facilement publiées en bas de page d’un grand quotidien.

Ajoutez à cela des dessins à l’aspect rétro-vintage assumé mais en même temps plein d’énergie et de créativité, du noir et blanc, de la couleur, de la bichromie, autant de clins d’œil à l’esthétique du réalisateur de Vertigo, Marnie ou Psychose.

Plus qu’un hommage, c’est aussi un détournement en règle avec moult anecdotes archi connues et d’autres beaucoup moins. L’auteur fait lui-même référence à « des anecdotes apocryphes », à chacun donc de démêler le vrai du faux, le faux du vrai.

Les exigences du réalisateur, les obsessions et les faiblesses de l’homme, ses petites lâchetés, ne sont pas non plus passées sous silence, ce qui en fait un portrait d’autant plus intéressant. Le tout porté par son humour, légendaire et pince sans rire, pour notre plus grand plaisir ! On notera aussi la mention « N°3 » sur la couverture histoire de laisser croire à une série en cours.

Enfin, ils sont venus, ils sont tous là ou presque, sous forme de clins d’œil divers, son épouse, sa fille, ses collaborateurs, acteurs, scénaristes, auteurs et même réalisateurs dont un certain François Truffaut 

Sir Alfred de Tim Hensley n’est pas une publication de plus sur Hitchcock mais une totale réussite pleine d’humour et d’inventivité, j’ai adoré !





Merci aux Éditions Dargaud pour leur confiance !

ISBN 978 2205 078299
48 pages
2018
14,99€

mardi 11 septembre 2018

Comment ça il a renoncé ? Catarina Sobral


« On aurait pu faire plus attention au monde… » 

Personne n’arrive à y croire et pourtant, ça y est, l’impensable s’est produit, le monde a renoncé. Disparu, volatilisé, « plus de plantes, d’animaux, d’océans et de continents… » 

Militaires, scientifiques et politiques sont appelés à la rescousse. On veut comprendre et surtout on se demande comment faire sans le monde ? Les écologistes avaient pourtant prévenus et ils se font forts de le rappeler !

Mais il est trop tard et chacun y va de son inquiétude entre petits problèmes personnels, véritables inquiétudes ou carrément questions existentielles... 

Comment ça il a renoncé ? 

A l’heure des changements et du réchauffement climatique, de la surconsommation à outrance, où l’on nous parle d’une mer de plastique qui serait trois fois plus grande qu’un pays comme la France, il est plus que temps de se réveiller et de se demander quel avenir on se prépare.

Avec cet album publié aux toujours excellentes Éditions Notari, Catarina Sobral n’apporte pas de réponses mais pose des questions pour susciter la réflexion. Un cri d'alerte, une remise en question, repenser nos habitudes avant qu’il ne soit vraiment trop tard...

Un album superbe dont l’apparente naïveté des dessins contraste avec la gravité du propos sous-jacent. Un album à diffuser largement. Un album à faire lire aux enfants et à leurs parents. Un coup de cœur évidemment !! 

 « Nous pouvons encore faire quelque chose ! »


Coup de cœur aussi pour Nadège !
ISBN 978 2 940617 08 1
36 pages
2018
14€
(Livre reçu en service de presse)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...