samedi 8 février 2014

Alfred Hitchcock Filmographie complète - Paul Duncan




Quand par hasard je suis tombé sur ce livre (mais est-ce vraiment un hasard ?) et alors que j’ai déjà un certain nombre, et même un nombre certain, de livres sur Hitchcock,  je me suis tout de suite dit que je ne pouvais pas ne pas l’acheter. Edité à l’occasion du 25ème anniversaire des éditions Taschen et vendu pour la modique somme de 9€, il me le fallait !

Un magnifique livre grand format (25X30,5). Alfred Hitchcock en gros caractères. Juste en dessous, Filmographie complète. Une couverte illustrée par une image extraite d’une scène mythique des Oiseaux (The Birds, 1963) avec la pauvre Tippi Hedren attaquée par les fameux oiseaux du film éponyme. Au dos, le maître, avec entre les mains, le clap de tournage de Pyschose (Psycho, 1960). Encore sous blister, je décidais de le laisser tel quel, la surprise n’en serait que plus grande au moment de la découverte.

Et la surprise fut excellente ! Tous les films du maître y sont traités, de ses tout premiers dont il ne reste aucune copie, jusqu’aux plus connus, aucun n’est oublié. De plus, chaque film traité est illustré de nombreuses photos de tournage, des acteurs, de scènes marquantes et d’analyses. La plupart de ces nombreuses photos m’étaient inconnues, j’ai donc pris un pied monstre !

J’ai aussi particulièrement apprécié de revoir ou découvrir les affiches de ses films et plus encore des photos de ses différentes apparitions dans ses films. Petite anecdote, comme les spectateurs étaient parfois obnubilés à l’idée de débusquer ses apparitions, il finit par les faire en début de film afin qu’ils puissent ensuite se concentrer sur l’intrigue du film en question. Sacré Hitch !

Une chose qui m’a interpelé dans ce livre, c’est la notion de vertige. Bien sûr ça n’est pas un scoop, Hitchcock avait le vertige et il en a fait un des thèmes centraux de Sueurs froides (Vertigo, 1958), un de ses films les plus célèbres. On retrouve aussi plein de scènes dans ses films où les héros sont en situation d’affronter le vide. Comme on retrouve une foule de scènes avec des escaliers plus ou moins monumentaux, chose qui a également attiré mon attention ici.

Bref, j’arrête là mon bavardage, je pourrai encore continuer longtemps. Comme vous l’avez compris je pense, je me suis une fois de plus régalé à me replonger dans l’univers hitchcockien. Que Paul Duncan, l’auteur, et les éditions Taschen soient remerciés pour ce très, très, bel ouvrage que je ne saurai trop vous recommander.


ISBN 978 3 8365 2778 1
192 pages
2011

Sueurs froides
The Lodger
Rebecca
Psychose (vue d'en bas)
Psychose (vue d'en haut)

22 commentaires:

  1. J'aimerai bien que tu nous fasses un billet sur ses choix biens précis concernant ses actrices fétiches. Elles ont toutes le même style : blonde, belle, élégante mais froide que ce soit Tipi, Janet, Grace ... Tient je me demande si sa femme ressemblait à l'une d'elle... Avait il une femme d'ailleurs...?

    Bon tu nous trouves un livre sur "Hitchcock et ses actrices venues du froid" et tu nous fait une chronique comme je les aime. ;D

    Tu arrives encore à apprendre des choses sur lui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il avait bien une femme, tout l'opposé de l'héroïne hitchcockienne, petite, brune et pas très jolie. Mais ils ont passé leur vie ensemble...

      Supprimer
    2. Hitch n'avait rien non plus d'un acteur Hitchcockien !

      Gary Grant, Sean Connery, Rod Taylor ... ;)

      Supprimer
    3. En revanche quand on voit une photo de sa mère jeune Emma Jane, on pourrait presque comprendre !

      Supprimer
    4. On ne peut pas tout avoir ! ^^

      Supprimer
  2. Je pense que le choix de ses actrices doit avoir une signification très Freudienne ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la vie, tout est freudien, non ?

      Supprimer
    2. Certains aiment à le penser...^^

      Supprimer
  3. Pour l'escalier j'aime particulièrement la descente Bergman-Grant à la fin des Enchaînés. Merci de cette immersion Hitch, toujours aussi riche.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai encore quelques Hitch à me re-faire...
    Je garde The Birds pour le final. Vu beaucoup plus jeune (eh oui, je l'ai été un jour), il fait partie des mes préférés, peut-être que la première fois que je l'ai regardé, j'étais encore impressionnable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir le regarder avec tes yeux d'enfants, enfin de petit bison...

      Supprimer
  5. 9€ pour un livre des éditions Taschen, c'est une aubaine :) Hitch est un réalisateur que j'adore, j'ai d'ailleurs profité de ce dimanche après-midi pluvieux pour voir Les Enchaînés que je n'avais jamais vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A qui le dis-tu !
      Excellent choix !
      J'aimerai bien le revoir, je m'en souviens mal de celui-ci...

      Supprimer
  6. Par ta faute, je me suis fait un Hitch, ce soir !
    James Stewart et la blonde Doris Day.
    1956
    L'homme qui en savait trop.
    Cymbales !

    http://www.youtube.com/watch?v=afQoTJwgcNs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où comment finir le weekend en beauté !
      "Que sera, sera..."

      Supprimer
    2. "Whatever will be will be ... " ^^

      Supprimer
    3. On connait ses classiques ! ^^

      Supprimer
  7. un livre qui figure dans nos étagères. Le problème en tournant les pages, c'est que t'as envie de revoir tous ces films (dur dur la vie). Une belle entrée en matière pour découvrir le maître. Je ne peux que te conseiller "le Truffaut" chez le même éditeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, ça m'a donné envie d'en revoir certains qu'on connait moins.
      Merci pour le conseil, mais tu sais quoi, je me le suis commandé il y a trois jours ! ^^

      Supprimer
    2. j'ai revu "pas de printemps pour Marnie" il y a deux jours....G E N I A L !

      Supprimer
    3. Je l'aime beaucoup celui-ci !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...