mardi 17 décembre 2013

Furioso - Lorenzo Chiavini

Lorenzo Chiavini

Futuropolis
ISBN 978 2 7548 0343 4
134 pages
2012




Mes impressions:

Nous sommes au temps des Croisades. Tout commence par un vieil évêque qui tient à peine debout et dont on ne comprend pas le moindre mot lorsqu’il tente de s’exprimer. J’ignore si l’auteur s’est inspiré du Pape Jean-Paul II les derniers temps mais personnellement, j’ai tout de suite pensé à lui. Tout le monde attend qu’il bénisse la Sainte Lance, celle qui a blessé le Christ.  En voulant la bénir, du haut du balcon, face à la foule des pèlerins, le saint homme échappe malencontreusement la sainte relique qui vient se planter dans le flanc d’un pauvre tueur de rats qui passait par là. 

« Les mains malades de notre évêque ont été l’instrument de la volonté Divine. » 

Les religieux décident d’y voir comme un signe du Divin. J’emploie à dessein le mot « décident » car c’est bien de cela qu’il s’agit. Ils vont se servir de cet incident pour faire de cet « inconnu », ce « pauvre ère », l’élu de Dieu. Hommes d’église arrangeant avec la vérité, combattants valeureux mais tourmentés, femmes fortes ou prêtes à tout même aux pires bassesses, composent une histoire à l’ambiance aussi sombre que les dessins qui l’illustrent.

Avec son trait vif, ses personnages anguleux aux silhouettes fuselées, Lorenzo Chiavini possède un style singulier. Au Festival Littératures Européennes de Cognac, j’ai pu le voir réaliser de magnifiques dédicaces au pinceau, un véritable travail d’artiste. Il est de plus éminemment sympathique. Je ne pense pas prendre beaucoup de risques en vous assurant qu’on entendra beaucoup parler de lui dans les années à venir. Pour moi, Furioso n’est qu’un début, le meilleur reste à venir. Lorenzo Chiavini, un talent à suivre.

Furioso : mensonges, complots et trahisons sur fond de croyances et de guerres de religions.


Lorenzo Chiavini 


 

11 commentaires:

  1. Voilà un thème qui promet, même pour un polar historique.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas le genre de BD vers lequel je vais avoir un élan compulsif d'achat, mais à la lecture de ton billet mais on en envie de découvrir ;)

    En plus tu nous présentes Lorenzo "ma qué kil est bÔ"... tout à fait mon style !!! Et en plus il doit avoir un accent italien à faire tomber par terre Grrrrrr ;)

    Auteur à suivre effectivement ^^ que veux tu je suis une faible femme :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oups ! ** ben on a envie de découvrir... ;)

      Supprimer
    2. Un bel accent italien en effet !
      Viens faire un tour à Angoulême, je l'ai aperçu la dernière fois que j'y suis allé ! ^^

      Supprimer
  3. Très envie de le découvrir ! Puis c'est Futuropolis, j'ai du mal à résister !^^

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas du tout mais en même temps, les croisades, ce n'est pas un truc qui me passionne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi, c'est pourquoi je ne serais pas allé vers cette BD spontanément.

      Supprimer
  5. "Hommes d’église arrangeant avec la vérité"
    Normal, quoi...

    "femmes prêtes à tout même aux pires bassesses"
    Ce sont des femmes, quoi... Tout ce qui a de plus normal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut voir les choses comme ça, c'est sûr ! ^^

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...