samedi 2 août 2014

Rebecca - Daphné du Maurier


"J’ai rêvé l’autre nuit que je retournais à Manderley. 
J’étais debout près de la grille devant la grande allée, mais l’entrée m’était interdite, 
la grille fermée par une chaîne et un cadenas. J’appelai le concierge et personne ne répondit [...]." 

Quel plaisir d’avoir enfin découvert ce roman ! Et quel roman ! Rebecca de Daphné du Maurier. Bien sûr, je connaissais l’adaptation d’Hitchcock mais je l’avais vu il y a si longtemps que j’en avais oublié quelques moments clés. Ma lecture n’en a été que plus agréable et surprenante.

La narratrice de l’histoire est dame de compagnie d’une vieille dame aisée. C’est dans le Sud de la France, où elles sont en villégiature, qu’elle va faire la connaissance de Maxim de Winter. L’homme, veuf depuis moins d’une année, va tomber sous le charme de cette jeune fille pourtant bien effacée. Tellement effacée, pour ne pas dire insignifiante, que Daphné du Maurier ne nous livre même pas son prénom. C’est de Rebecca qu’il s’agit et de personne d’autre.

Après un mariage un peu précipité et une lune de miel en Europe, l’heure est venue pour le jeune couple de rentrer enfin à Manderley, la splendide demeure de la famille de Winter. Mais Manderley a longtemps été l’écrin dont Rebecca était le bijou. Et désormais, le manoir semble davantage un mausolée, un temple à la mémoire de la disparue. La nouvelle Madame de Winter va avoir du mal à trouver ses marques tant l’ombre de Rebecca est omniprésente. Mrs Danvers, une femme glaciale, gouvernante de Manderley, et proche confidente de Rebecca y veille. Jalousement. Férocement. L’inquiétante Mrs Danvers. Mrs Danvers, fidèle par-delà la mort. A ses yeux, personne n’est digne de prendre la place de Rebecca.

"J'aurais pu lutter contre une vivante, non contre une morte." 

 La splendide Rebecca, la chatoyante Rebecca, l’irremplaçable Rebecca. Celle que tout le monde semblait apprécier. Celle à qui toutes les femmes voulaient ressembler. Celle que tous les hommes rêvaient de séduire. Rebecca, une femme magnétique, une femme unique. Rebecca encore. Rebecca toujours. Je serai d’ailleurs bien curieux de savoir combien de fois son nom est cité dans le roman. Si quelqu’un à la réponse !

Du haut de son promontoire rocheux, sous ses allures de château de la Belle au bois dormant, Manderley a de bien sombres secrets à révéler derrière sa multitude de couloirs et de salles plus impressionnantes les unes que les autres. Ne vous laissez pas attendrir par la magie qui s’en dégage, par l’odeur enivrante des bouquets de fleurs qui embellissent ses pièces, ni par les massifs d’azalées rouge sang qui bordent les allées de ses jardins…

Une lecture enthousiasmante portée par l’écriture totalement addictive de Daphné du Maurier. Impossible de lâcher cette histoire ! On a envie de découvrir tout ce que cachent les murs de Manderley. On a envie de tout savoir sur la défunte Madame de Winter. On voudrait secouer la nouvelle Madame de Winter et lui hurler « Mais tu vas réagir, bécasse !!! ». Quand à mi-parcours une révélation renforce encore notre intérêt et change la donne, le plaisir n’en est que bien meilleur…

Empruntez le chemin sinueux qui descend jusqu’à la crique à l’abri des regards. Là-bas, une maisonnette, près du petit port, pourrait vous aider à découvrir quelques-uns des troublants secrets de Rebecca

Manderley, selon Hitchcock...





Joan Fontaine et Judith Anderson, impeccables, dans une scène particulièrement intense...

ISBN 2 253 00673 4
378 pages
1938 / 1939

Je ne peux que vous conseiller le très beau billet d'Athalie, Je l'ai lu et le soir même, je commençais ce roman qui dormait dans ma PAL depuis des mois...

Et le billet du Bison consacré à l’adaptation d'Hitchcock.

Une soudaine envie de visiter Manderley ? 
Pas peur de croiser Mrs Danvers dans un couloir sombre ? 
Alors c'est par ICI !

27 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu le livre mais j'ai vu le film que j'ai adoré. Quel suspense terrible ! Apparemment le livre est aussi bon, j'en prends note :)
    Merci pour ton beau billet manU et bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très agréable à lire et très prenant !
      Merci et bon weekend à toi aussi Potzi ! :)

      Supprimer
  2. oh la la, il n'y a pas de hasard décidément, hier j'ai hésité à acheter ce livre là et finalement j'ai choisi "le bouc émissaire". une écrivain que je découvre avec beaucoup de plaisir. très belle écriture. et quelle ambiance....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle écriture oui et un don pour les atmosphères...
      J'attends ton billet avec impatience !

      Supprimer
  3. J'ai vu le Hitchcock récemment (après recherche, 5 janvier... le temps passe si vite avec une bouteille d'Islay des Cornouailles). Un film qui n'a pas vieilli et qui te tient en haleine jusqu'au bout. Quel suspense ! Et justement, mercredi dernier, j'ai revu les oiseaux. Les effets spéciaux ont plus que vieilli mais l'ambiance reste la même, la tension toujours accrue. Et l'actrice... Autre Blonde, autre bécasse et impossible d'y remettre son nom. Alors je me disais : tiens si le manU était là, il me le dirait de suite. Mais il n'était pas là, alors j'ai du sortir mon téléphone pour regarder sur l'encyclopédie Wikipédia qui en connait aussi un rayon sur Hitchcock, tout comme ce manU mais ce dernier a l'air plus sympa avec son pineau des Charentes et son accent des Charentes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tippi Hedren !
      Et je n'ai pas la moindre pointe d'accent... ^^

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé le film ! Il faudrait que je le lise il est dans ma PAL ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais !
      J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi !

      Supprimer
  5. Géniale critique.
    J'adore : "Mais Manderley a longtemps était l’écrin dont Rebecca était le bijou. Et désormais, le manoir semble davantage un mausolée, un temple à la mémoire de la disparue." Exactement ça.

    RépondreSupprimer
  6. Un "classique" qui manque sérieusement à mon palmarès !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir remédier à ça au plus vite ! :)

      Supprimer
  7. Vous me donnez envie et de relire le livre, et de revoir le film. Merci !

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connaissais ni le roman, n le film...bouhh, mais je vais me rattraper très vite grâce à ta chronique!

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ton lien et ton compliment, mais très très franchement, ton billet est bien plus clair et explicite que le mien ! et très agréable à lire .... Et tu confirmes ce que je ne faisais que soupçonner, en voulant rédiger ma note, impossible de trouver le prénom de la narratrice, je pensais que je l'avais loupé ! Pour le nombre de fois où le prénom de Rebecca est mentionné, je donne ma langue au chat ....Ce qui est sûr, c'est que la Daphné, elle sait vous tenir un lecteur ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci surtout à toi de m'avoir donner envie de le lire !
      Entièrement d'accord avec toi concernant le talent de la Daphné ! :)

      Supprimer
  10. J'ai du déjà le lire mais il y a très longtemps. En te lisant je me replongerai bien dedans. Merci de ce rappel.
    Bon dimanche, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le relis, n'hésite pas à nous donner tes impressions.
      Bon dimanche à toi aussi FLaure !

      Supprimer
  11. J'ai beaucoup aimé ce roman aussi et bizarrement, je n'ai encore rien lu d'autres de Daphné du Maurier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi mais je vais remédier à ça très vite !

      Supprimer
  12. Une bécasse a secouer voilà qui peut être plaisant ;-)
    A noter et à lire au vu de ce que j'ai pu lire et de ton billet !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons-y, secouons de la bécasse !! ;-)

      Supprimer
  13. Je me suis toujours promise qu’un jour je lirais quelques œuvres de Rebecca Du Maurier! Cette femme me fascine autant que peut me fasciner les sœurs Brontë avec leur histoire de vie « chargée ». Il y a aussi une atmosphère/ambiance « Angleterre de l’époque » qui se ressent plus qu’elle s’exprime, dans leurs romans. Et ça j’adore! Une impression vive d’être habitée par la mémoire des murs, hantés par les souvenirs. Je regarde la photo de Manderley selon Hitchcock et c’est tout à fait comme ça que je me représente le lieu! Dans mes souvenirs des romans des sœurs Brontë, les personnages vivent aussi dans l’ombre des femmes qui les ont précédées. Super billet manU, tu m’as donné la piqûre ^^
    (message rédigé un soir de glandouillage intensif en pyjama Minions et doudou pas loin mdrrrr)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de lire Rebecca, tu ne le regretteras pas.
      L'ambiance dont tu parles contribues au charme de ce genre de romans.
      (On m'informe que les "millions" de lecteurs de mon blog réclament à corps et à cris une photo de toi en pyjama Minions...^^)

      Supprimer
    2. Si tu m’envoies une photo de toi en boxer de Kermit, je t’envoie avec P-L-A-I-S-I-R la mienne ^^
      Promis :D)))))))))

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...