samedi 7 décembre 2013

Littératures Européennes Cognac 2013




Qu’il faisait bon être à Cognac du 21 au 24 novembre ! Non seulement à cause du temps sec et ensoleillé mais aussi et surtout à cause du Festival Littératures Européennes 2013 consacré à l’Italie. Mon premier salon littéraire, il était temps... Des conférences, des débats, des films, des dédicaces, des cafés littéraires, le pied total !

Des dizaines d’auteurs dont je n’avais même jamais entendu le nom mais également Jeanne Benameur, Audur Ava Olafsdottir et Milena Agus. Trois romancières que je voulais découvrir depuis longtemps mais dont plusieurs livres dormaient tristement dans ma PAL. Je réalise leur présence une semaine avant le début du festival. Je ne peux décemment pas aller les rencontrer sans avoir lu au moins un des livres de chacune ! Mon challenge, lire un livre de chacune d’elles en moins de sept jours. Profanes de Jeanne Benameur m’ayant été offert pour mon anniversaire et vues toutes les critiques élogieuses sur la blogosphère, c’est par lui j’ai commencé et ce fut un coup de cœur. Un livre à lire et à relire. J’ai aussitôt enchainé avec Les Demeurées, bijou de sensibilité. Puis ce fut Mal de Pierre de l’italienne Milena Agus et enfin Rosa Candida.

J’étais justement à la moitié de la lecture de Rosa Candida quand le jeudi 21, dans l’entrée de l’auditorium, j’aperçois Audur Ava Olafsdottir, seule. Il aurait été dommage de ne pas en profiter. Je prends donc mon courage à deux mains pour aller l’aborder, échanger quelques mots, elle parle un français parfait, et obtenir une jolie dédicace. Instant bref mais instant magique que cet échange avec cette chaleureuse auteure islandaise, son accent à croquer, son teint pâle, sa chevelure rousse, son regard pétillant et son sourire bienveillant. Plus tard, lors d’un café littéraire, j’ai également pu apprécier son humour. Vous l’avez compris, je suis définitivement sous le charme…


Mes deux rencontres avec Jeanne Benameur m’ont également beaucoup marqué. Un sourire, un regard, quelques mots, une présence indéniable... Je mentirai en disant que j’étais très à l’aise. J’ai tellement aimé Profanes, j’y reviendrai sans doute dans un prochain billet, que j’aurai voulu lui dire bien plus que je ne lui ai dit mais peu importe après tout, j’étais aux anges, un vrai gosse !



J’ai aussi assisté à des débats-conférence avec Brigitte Giraud, auteure d’Avoir un corps, dont je retiendrai le charme discret, la voix et le naturel, le talentueux Lorenzo Chiavini, auteur de la bande dessinée Furioso, qui réalise aux pinceaux de magnifiques dédicaces mais aussi Alexandra Varrin pour C'est Maman qui a tué le Père Noël, Lamia Berrada-Berca pour Kant et la petite robe rouge, Goce Smilevski pour La Liste de Freud, Chiara Carrer, illustratrice italienne, Luciana Castellina pour La découverte du monde, Serhij Jadan pour La Route de Donbass, Marco Missiroli pour Le Génie de l’éléphant, Enrico Remmert pour Petit art de la fuite et beaucoup d’autres. J’ai également croisé le très médiatique Eric Naulleau.


Niveau photos, je n’étais pas au point cette année, je tenterai de faire mieux l’an prochain… D’ailleurs si vous passez dans le coin du 20 au 23 novembre 2014, je ne saurai trop vous conseiller de vous arrêter, ce sont les Balkans qui devraient y être à l’honneur.

Le Dimanche fut le jour de venue de l’italienne Milena Agus. J’en retiens son naturel et sa simplicité comme en écho à sa belle écriture. En fin de journée, nous avons même eu droit à une lecture de La Comtesse de Ricotta, que je venais de terminer, par Maria Laura Baccarini, une artiste italienne accompagnée d’une musicienne dont j’ai malheureusement oublié le nom, magnifique moment de clôture d’un formidable festival dont je me souviendrais longtemps.






26 commentaires:

  1. Quel plaisir de nous faire partager tes rencontres. On ressent ton admiration, ton émotion, ta timidité ...
    Un souvenir que l'on garde délicieusement au fond de son cœur comme un moment unique et magique ...

    J'ai comme l'impression que tu as réservé tes journées du 20 au 24 novembre 2014!

    Merci du partage et bien plus encore ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A cette date, je ne serai là pour personne ! ^^

      Supprimer
  2. Italie et cognac, il y a de plus mauvais mélanges. Merci pour cette association de bienfaiteurs. Et merci du billet que tu as laissé à la réception de mon hôtel. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Délicieuse association en effet, à vous donner envie d'apprendre l'italien...
      Le réveil en ton hôtel fut fort agréable.^^

      Supprimer
  3. C'est toujours un moment unique lorsqu'on a la chance de rencontrer des auteurs. Des échanges toujours humainement enrichissants.
    Merci pour ce compte-rendu plein d'émotions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Unique, c'est le mot !
      Merci de ton passage.

      Supprimer
  4. Tu as rencontré Jeanne...tout comme Jérôme...veinards vous êtes...mais vous le valez bien...
    Profanes est ce que j'ai lu de plus beau cette année 2013...non...ce que j'ai lu tout court...j'ai ressenti ce roman si fortement...même pas réussi à en faire un billet (en fait si mais je les trouvais mauvais, pas à la hauteur de ce chef d'œuvre)...Christina est en train de le lire je crois...je suis impatient de lire vos billets...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, si je fais ce billet, ce ne seront, comme d'habitude, que de simples impressions sur un livre que j'ai adoré et que je vais lire et relire comme je l'ai dit à Jeanne Benameur...

      Supprimer
  5. Il émane tellement de douceur de Jeanne Benameur, c'est un ravissement de la rencontrer. Une belle personne, à tous points de vue.

    RépondreSupprimer
  6. Et coté cave, cela donne quoi ? T'as pu déguster quelle millésime de cognac ?

    RépondreSupprimer
  7. C'est un festival de littérature, pas d’œnologie !
    La dégustation du Cognac, je l'ai faite cet été en visitant les chais Hennessy ! ^^

    RépondreSupprimer
  8. Ah je connais ces moments d'émotions, surtout quand on est timide ! Et aussi quand on doit lire en vitesse des livres qui dorment dans la PAL avant le salon :-) Merci pour ce partage émouvant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc tu me comprends ! ^^
      Merci de ton passage.

      Supprimer
  9. J'adore ce genre de festivals, j'y assiste toujours à plein de conférences, de rencontres qui me donnent envie de lire encore plus. Pour moi, Etonnants voyageurs est un incontournable, mais ce festival de Cognac ferait aussi mon bonheur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce furent de magnifiques moments et je suis loin d'avoir assisté à tout faute de disponibilités. Si tu passes dans le coin en Novembre 2014 n'hésite pas !
      Étonnants voyageurs semble être un sacré festival, il va falloir que j'envisage un petit weekend en Bretagne moi... :)

      Supprimer
  10. LITTERATURES EUROPEENNES COGNAC7 août 2014 à 11:35

    L'équipe de LITTERATURES EUROPEENNES COGNAC est ravie que vous ayez passé un bon moment en 2013.

    Cette année du 20 au 23 novembre, nous mettrons les Balkans en avant !
    De belles découvertes, de beaux échanges et des rencontres marquantes.
    Retrouvez les auteurs présents en novembre sur notre site.

    Au plaisir de vous rencontrer à Cognac !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je consulte régulièrement la liste des auteurs invités et elle me semble de plus en plus prometteuse.
      Je ne manquerai pas de faire un billet en septembre pour annoncer l'édition 2014.

      Merci de votre passage ! :)

      Supprimer
  11. LITTERATURES EUROPEENNES COGNAC7 août 2014 à 11:55

    Petite précision Maria Laura Baccarini était accompagnée de Marta dell'Anno du groupe Soap Trip !

    RépondreSupprimer
  12. Wow! Des rencontres inoubliables, des auteurs remarquables, qu’est-ce que j’aurais aimé rencontrer l’auteure de Rosa Candida, dont tu es tombée sous le charme, avec son accent à croquer :-) Son Rosa Candida est un souvenir de lecture inoubliable… Il faudra bien que je note aussi Jeanne Benameur puisqu’il a été un coup de cœur, à lire et relire. Il n’y en a pas des masses comme ça.

    Je prends aussi mon courage à deux mains quand j’aborde un auteur, je me retiens, je n’ose pas trop et une fois partie, il y a tant de gratitude que j’aurais aimé leur témoigner… Le souvenir n’en est pas moins fort,
    heureusement :-)

    Ton billet est touchant, plein d'émotions...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore les accents !
      Rosa Candida et Profanes, deux livres que j'ai adoré et jamais chroniqué...

      Supprimer
  13. Purée tu crois que tu survivrais à l'accent du Québec ou il te faudrait des sous-titres? mdrrrrrrrr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute quelques sous-titres pour certains mots genre...bobettes !! :D

      Supprimer
  14. j'aime beaucoup la littérature italienne. Encore une occasion de ratée...grrrr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entendre tous ces accents chantants était un vrai bonheur... :)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...