lundi 30 décembre 2013

Les souvenirs de Mamette - 1 - La vie aux champs - Nob




Avant de devenir une adorable mamie pleine d’entrain, Mamette a  été une délicieuse petite fille. Avec sa bouille bien ronde, ses grands yeux plein de vie, cette petite gourmande raffole déjà des religieuses au chocolat. Pleine de bon sens, elle n’a pas sa langue dans sa poche et déjà un sacré tempérament.

Sa mère la conduit chez ses grands-parents pour un  séjour à la durée non déterminée, afin de l’éloigner un peu, le temps de résoudre quelques problèmes familiaux. Marinette va y faire le dur apprentissage de la vie à la ferme, un environnement plutôt dépaysant pour l’enfant. Elle y découvre  la vie au grand air, les travaux de la ferme, les chèvres à conduire aux près, la chambre dans le grenier déjà habité par toutes sortes de bestioles, les WC au fond du jardin mais aussi le plaisir des histoires racontées par grand-père durant les veillées, le soir au coin du feu.

Et puis, Marinette doit composer avec les humeurs de Suzon, sa tante, dont l’aigreur a empli le cœur. Il faut reconnaitre que sa condition de vieille fille n’a rien de très épanouissant.  Pourquoi semble-t-elle parfois en vouloir à sa nièce ? Et si le séjour se prolongeait ? Marinette a le cœur gros et nous aussi…

Des situations toujours pleine d’humour et des dessins plein de la tendresse un peu rude dont on peut déborder dans cette campagne du début du siècle dernier. Un monde rural de taiseux, des gens simples, économes en mots mais pas en attentions, en gestes, en égards, en amour. L’absence de dialogues, parfois sur plusieurs planches, n’empêche à aucun moment l’émotion de passer. Au contraire, elle est là, palpable, des images du passé resurgissent, des odeurs, des saveurs, des douleurs.

Mêlant habilement légèreté et gravité, ces souvenirs de Mamette ont le charme doux amer des souvenirs d’enfance…





Glenat
ISBN 978 2 7234 6948 7
88 pages
2009


8 commentaires:

  1. OOOOOOooooohhhhh qu'il devait faire bon au coin du feu avec Marinette. En lisant ton billet j'ai senti cette douce chaleur m'envahir et ces histoires d’antan adoucir les mœurs.
    Un billet qui rime avec sensibilité, émotion comme j'aime... Du manU quoi et moi j'adhère ;)

    C'est quand même autre chose que ta vieille bique de Carmen mais ça aussi c'est tout toi... toute cette ambiguïté et cette tolérance qui te caractérise et qui font que je t'adore ! :D

    Une année littéraire que tu finis en beauté !

    Si c'est pas une déclaration d'amour ça !!!!! ;) mdr........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Présidence de mon fan club, c'est pour quand ? ^^

      Supprimer
  2. Pour tout t'avouer, je préfère ces souvenirs à la série originale. J'espère que tu liras vite les deux autres tomes !

    RépondreSupprimer
  3. Je rajouterai cette profonde citation que tu n'as pas mis ici (censure, courage ?) :

    "Mon père disait qu'avec les chèvres, fallait être plus délicat qu'avec les bonnes femmes. Ho Ho ! "

    Je vais méditer cette phrase pour toute l'année 2014 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, les chèvres ça te connait donc t'en penses quoi ??^^

      Supprimer
  4. Bonheur! Il y a d’autres Mamette ici! (smiley qui saute mdr)

    Ah ces chambres mystérieuses dans les greniers, qui nous emplissent les yeux de magie et qui contiennent des souvenirs endormis. (p.s. : « bestioles », tu parles de bibittes à poil? Mouah ha ha ha)

    Avant de l’avoir désirée comme mamie, on l’aurait bien voulue comme amie cette Marinette, avec ses grands yeux pleins de vie! Une p’tite gourmande qui raffole déjà des religieuses au chocolat. On parle de qui là?

    Et un câlin d’énergie pour panser son cœur gros… ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, les bestioles ce sont les bibittes à poil !! ^^

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...