mardi 14 avril 2015

Demain je t’écrirai encore, Lettres de jeunesse de grands écrivains

Lettres rassemblées et présentées par Marie-Ange Spire


C’est en passant sur le blog de Faelys, que je suis tombé sur ce petit livre plein de promesses, Demain je t’écrirai encore, Lettres de jeunesse de grands écrivains, un petit livre destiné aux nouveaux programmes de 4ème si j’en crois la couverture. Si je suis loin d’être le cœur de cible, je me suis régalé à lire ces quelques lettres d’écrivains en devenir qui ont approximativement entre onze et vingt ans au moment où ils les rédigent.

On découvre une jeune George Sand de dix-sept ans déjà très concernée par la condition des femmes et bien décidé à exprimer un désaccord à sa mère avec respect mais surtout une étonnante détermination. On découvre un Jean Cocteau plein d’humour, un Freud plein d’assurance quitte à paraître immodeste, un Mallarmé transi d’un amour qu’il exprime magnifiquement à la jeune fille concerné, un Proust qui semble déjà bien angoissé et beaucoup d’autres dont Balzac, Stendhal, Verlaine ou Rimbaud.

Preuve que même les plus grands auteurs n’ont pas toujours été infaillibles, ces lettres sont reproduites telles qu’elles ont été rédigées avec parfois une orthographe ou une conjugaison approximatives. Lettres aux parents, confidences, missives enflammées ou rêves de gloire, elles sont autant le reflet d’une époque qu’une source d’informations sur chacun de leurs expéditeurs.

A la fin de l’ouvrage, Marie-Ange Spire dans son Carnet de lecture, nous présente une brève histoire des lettres, un petit inventaire des lettres et nous rappelle l’importance de la correspondance d’un écrivain pour mieux comprendre son œuvre et le processus de création. Une synthèse brève mais néanmoins intéressante.

A l’heure du mail, aura-t-on beaucoup de traces de correspondances de nos auteurs actuels ?

 


Extrait d'une lettre de Jean Cocteau à sa mère:

"De doux rêves m'ont visité cette nuit mais malheureusement aussi les puces, chose qui m'a occasionné d'amères réflexions sur la Bretagne en général et les Bretons en particulier. Couvert de ces traces d'animaux j'ai gardé à leur égard une rage sereine selon la loi des disciples... d’Épicure (c'est le cas de dire)."


L'avis de Faelys
ISBN 978 2 07 065887 9
131 pages
2015
5,60€


16 commentaires:

  1. Est-ce qu'il y a aussi un parallèle avec les morpions et les bretonnes ? Ou ces dernières bêtes, c'est uniquement l'apanage des charentaises...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te serais-tu frotté de trop près à des Charentaises lors de ton dernier séjour par ici ?...^^

      Supprimer
  2. Heureusement que Cocteau n'a pas écrit de guides touristiques ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Sympa ce petit livre ! Il a tout pour me plaire vu ce que tu en dis ! :)

    Crois tu qu'un jours nos correspondances sortiront de l'ombre mon manU ;-) ?

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve fascinantes ces lettres et correspondances dont les auteurs d’aujourd’hui se délestent doucement. Je relis parfois celles d’Antonin Artaud avec Génica, pour me souvenir de ces années-là ou encore celles, plus modernes, de Kim Thuy avec Pascal Janovjak. Ce sont des pépites d’or..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les correspondances sont souvent passionnantes et riches d'enseignements en plus...

      Supprimer
  5. J'ai déjà lu des correspondances de G. Sand, c'était vraiment une femme incroyable (et une amoureuse passionnée !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que je me penche sur le sujet.

      Supprimer
  6. Ces correspondances semblent passionnantes! J'aime beaucoup lire la correspondance des auteurs, celle de Virginia Woolf m'attend...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends tes impressions avec impatience...

      Supprimer
  7. Aaaaaah maintenant ac ce que tu en dis j ai envie de me laiser tenter.
    Ps: A l'heure du email c est d autant plus simple de garder trace des lettres... :) si le destinataire ne les efface pas systématiquement. Ou le cas echeant, si les heritiers sont d accord et en l absence d indication contraire du défunt, pour qu'aux frais de l éditeur un recherche sur disque dur et sphère web soit faites pour les recuperer. Cela dit, comme le montre magistralement le tres beau et bon film "winter passing" (tjs à l epoque de la correpondance par lettre papier) , c pas toujours simple d avoir l'accord des héritiers...

    RépondreSupprimer
  8. Euh on le trouve qd mem en librairie ou j ai mal compris?
    J oubliate d indiquer qu'aucun de ses auteurs classiques n a su profondement m'emouvoir sauf peut etre george sand et maupassant mais de manière assez passagère... ac ses lettres c est donc aussi peut etre l'occasion de me rattrapper

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est vente dans toutes les bonnes librairies.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...