mardi 28 avril 2015

Douze ans sept mois et onze jours - Lorris Murail



Walden a douze ans sept mois et trois jours quand son père l’abandonne, sans la moindre explication, dans une cabane en rondins en plein cœur d’une immense forêt du Maine. Coupé du monde, il va devoir survivre uniquement à l’aide d’une carabine, une batte de baseball, quelques boites de conserve et deux livres de Henry David Thoreau, Les Forêts du Maine et Walden ou la vie dans les bois.

Qu’est-ce qui peut bien pousser un père à laisser ainsi son fils livré à lui-même dans de telles conditions d’isolement ?

Jack Stephenson, le père de Walden, est un homme autoritaire, parfois même violent, qui semble avoir du mal à supporter ce fils bien trop empoté à son goût. Il ne semble vivre que pour ses deux passions, le baseball et sa Chevrolet Impala SS. Mais ne dit-on pas que les passions sont destructrices ?

Excellence surprise que ce thriller sans temps mort destiné à un lectorat adolescent mais dont je me suis vraiment régalé. L’histoire nous accroche dès le début. On veut savoir comment Walden va s’en sortir. On se demande jusqu’à quel point son père va le laisser tomber. Puis de rebondissements en retournements de situations, le suspens s’intensifie brillamment jusqu’à un final qui m’a rappelé un roman de Stephen King. Ne comptez pas sur moi pour vous dire lequel !

Avec Douze ans sept mois et onze jours, Lorris Murail nous entraine au-delà des apparences…



"Face à lui s'étendait un monde de lacs, de rivières, de rapides, de cascades et de torrents, de rochers, de falaises, de chutes. Le spectacle était d'une beauté insensée sous le ciel violacé aux franges de pourpres et de roses qui n'allait pas tarder à tenir les promesses du matin."

"La forêt dans la nuit formait une masse compacte dans laquelle Walden voyait un abîme de ténèbres, que couronnait, très haut, un banc de nuages imbibé par la lumière ténue d'une lune invisible, telle une veilleuse dans une chambre nocturne."

"La forêt lui donnait l'impression d'ouvrir une bouche vorace, prête à engloutir la bicoque de rondins."

"En vérité, ce silence n'était pas complet. Les morceaux de bois que le feu n'avait pas encore réduits en cendres émettaient de temps à autre des craquements ou de brefs bouillonnements de sève. Les rondins qui composaient les murs semblaient eux-mêmes animés d'une vie propre et Walden avait parfois l'impression de percevoir leurs soupirs."


     
Merci à Babelio et à Pocket Jeunesse 
pour cette découverte !

L'avis de Sandrine !
ISBN 978 2 266 25354 3
302 pages
2015
13,90€

26 commentaires:

  1. Je l'ai reçu celui-là, il me semble intéressant mais je me demandais s'il relevait des littératures de l'Imaginaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire qui débute comme du "nature writing" et qui tourne au thriller, rien à voir avec des littératures de l'Imaginaire...

      Supprimer
  2. Je l'avais remarqué celui-là... Mais je m'y suis pris trop tard. Et puis je crois qu'au final mon petit bison aurait été peut-être un peu trop petit pour cette lecture. Dans deux ans, je m'en souviendrais... parce qu'il a l'air bien emballant, surtout si c'est dans l'esprit du King...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ton petit bison, je ne sais pas, il est conseillé à partir de 13 ans...
      Un livre très emballant, un auteur à surveiller !

      Supprimer
  3. Un bon thriller pour ados, c'est une bonne idée cadeau ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait et encore plus quand les parents peuvent le lire aussi ! :)

      Supprimer
  4. Punaise tu nous laisses en plein désarroi ... drôlement bien ficelé ton billet... et puis si c'est pour ado je peux le lire alors... j'aurai pas trop peur ;-)

    Quoi que ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis tu sors à peine de l'adolescence, toi, non ? ^^

      Supprimer
  5. C'est dommage que je ne connaisse pas d'ados, j'aurais pu leur offrir et ensuite leur piquer ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux aussi te le faire offrir, jeunette que tu es ! ^^

      Supprimer
  6. Vous êtes au moins 2 à me donner envie de lire ce livre, alors que le nature-writing, et tout ce qui est 'aventures viriles', je fuis, tu sais bien ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si tu n'aimes pas, on te boude tous les 2 !! ;)

      Supprimer
  7. Rhooo ! Je note pour mes "zélèves" ados... Ils vont adorer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très prenant, on ne s'ennuie pas une seconde !

      Supprimer
  8. J’en connais deux ici que ce thriller pour ado pourrait intéresser, sauf qu’après, ils ne voudront plus venir en camping avec moi!

    Quel bon choix d’extraits tu as fait. Une nature omniprésente, tantôt apaisante, tantôt effrayante. Ce beau billet te va à merveille, on te sent bien dans ces grands espaces…

    p.s. : Commentaire non constructif mais libérateur : sacrée idée d’abandonner son fils de 12 ans en plein milieu du bois! Ce Jack il mériterait juste que je fasse glisser une clé le long de sa Chevrolet Impala, en prenant bien soin d’appuyer juste assez fort pour laisser une bonne grosse égratignure. Et faire ensuite un feu de camp avec ses battes de baseball…

    p.s.s : C’est quel Stephen King? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je me suis senti chez moi dans cette histoire...
      PS : La vengeance d'une blonde...
      PSS : C'est......................................................... ^^

      Supprimer
  9. voilà un roman des plus originaux semble-t-il ! ca me fait penser un peu à du David Vann même si j'imagine c'est très différent. On est bien loin des bibliothèques verte et rose d'antan !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Original et bien écrit ! L'idée de départ peut faire penser à du David Vann en effet, c'est assez noir aussi finalement mais ce bouquin a une vraie identité propre...

      Supprimer
  10. Il me tente beaucoup ce livre, merci pour ta chronique :)

    RépondreSupprimer
  11. celui là je le note pour mon petit fils

    RépondreSupprimer
  12. Dis-donc ça me stresse ton histoire ! Et puis avec quelques boîtes de conserve on ne va pas bien loin. Bon, je le note. Je vais surveiller s'ils le prennent à la médiathèque mais je vois qu'ils en ont déjà d'autres de cet auteur.

    RépondreSupprimer
  13. J'adore ce genre d'histoire. Peut-être parce que j'en lis beaucoup, celui-ci ne m'a pas convaincu.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...