mercredi 24 septembre 2014

Les Films d'Elizabeth Taylor - Claudio Manari





C’est au hasard d’une visite chez un bouquiniste que je suis tombé sur ce livre dont j’ignorais l’existence.

Ce que j’ai apprécié dans cet ouvrage, c’est qu’après un rapide survol biographique, il offre bien entendu un panorama complet des Films d’Elizabeth Taylor.

A chaque film ou téléfilm correspond une fiche technique, un aperçu du casting, une présentation du dit film, son sujet et les avis de la critique.

Cette dernière partie est vraiment la plus intéressante. En effet, dans ce genre de livres, on a souvent droit à un festival d’éloges totalement subjectifs sans le moindre discernement. Ici, on a aussi droit à des critiques négatives et ça fait du bien. Quand la star aux yeux violets cabotine et en fait des caisses, ce qui lui arrivait parfois, on ne le passe pas sous silence et c’est tant mieux.

L’auteur Claudio Manari m’aura aussi fait découvrir des films dont je n’avais même jamais entendu parler. Liz Taylor n’a pas fait que des chefs-d’œuvre, loin de là, donc il y en a un certain nombre qui ne sont jamais rediffusés. C’est donc d’autant plus agréable de pouvoir au moins un peu les découvrir de cette manière. D’autant plus que des photos en couleur ou noir et blanc agrémentent le tout.

Enfin, j’ai une fois de plus constaté qu’elle a joué dans un nombre impressionnant d’adaptation de romans ou de pièces de théâtre d’auteurs aussi prestigieux que Charlotte Brontë, Jane Eyre,  Louisa May Alcott, Les Quatre filles du Docteur March, Walter Scott, Ivanhoé, F. Scott Fitzgerald, La Dernière fois que j’ai vu Paris, Tennessee Williams, registre dans laquelle je la préfère avec La Chatte sur un toit brûlant, Soudain l’été dernier, mon préféré, Boom ou encore Doux Oiseaux de jeunesse, Edward Albee, Qui a peur de Virginia Woolf, époustouflant, Graham Greene, Les Comédiens, Shakespeare, La Mégère apprivoisée, Carson McCullers, Reflets dans un œil d’or, formidable, Dylan Thomas, Under milk wood, Maeterlinck, L’Oiseau bleu, kitchissime, Agatha Christie, Le Miroir se brisa, et même dans l’adaptation d’un dessin animé d’Hanna et Barbera puisqu’elle a tenu le rôle de Pearl (clin d’œil aux bijoux sa passion de toujours ?…) la belle-mère de Fred Pierrafeu, dans La Famille Pierrafeu, rôle qui sera repris dans la suite par une certaine…Joan Collins !

Et ce n’est qu’un aperçu non exhaustif, plongez-vous dans ce livre si vous voulez en savoir plus. 

Les Films d’Elizabeth Taylor, de Claudio Manari,  un bel objet et une mine d’informations en or !



"Elizabeth Taylor a traversé en long et en large l'histoire du cinéma international de ces soixante dernières années, en offrant une beauté extraordinaire et un talent qui, avec le temps, s'est fait toujours plus complexe et éclectique, au point de s'accorder, parfois - en particulier dans des rôles plus matures - le luxe du cabotinage."

"Mike Nichols ne pouvait rêver meilleurs interprètes que le duo Elizabeth Taylor/Richard Burton pour rendre hommage à la pièce de théâtre épique signée Edward Albee sur l'enlisement d'un couple jusqu'à l'excès. D'ailleurs, on ne sait pas trop où se situe la limite entre la fiction et la réalité dans cette chronique..."
Cahiers du cinéma, 1967

"Les présumés relations avec James Dean et Roch Hudson présentent les contours de la "légende" hollywoodienne. En effet, les acteurs ont toujours été entourés de rumeurs insistantes sur leur prétendue homosexualité, mais si les on-dit sur James Dean se calmeront après sa disparition, les rumeurs sur Rock Hudson continueront pendant plus de trente ans, se ravivant dramatiquement quand il mourra du sida. Ce tragique événement marquera le début de l'engagement social d'Elizabeth dans la bataille contre la maladie, faisant de la diva une combattante reconnue et appréciée au niveau planétaire."

Maggie la chatte...


ISBN 978 88 7301 691 5
174 pages
2010

12 commentaires:

  1. je suis en train de lire "De si jolies ruines", un roman qui évoque (un peu) Liz taylor, le monde du cinéma des années 60 et de belles histoires dans un village italien perdu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a l'air très sympa ce livre, j'attends tes impressions avec intérêt...

      Supprimer
  2. Je crois que mon film préféré avec elle est La Chatte sur un toit brûlant. Elle y est parfaite tout comme Paul Newman :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toujours, tu as un goût très sûr, un excellent film tout en sensualité, non-dits et frustrations....

      Supprimer
  3. Cette actrice m'a toujours fascinée, il y a une sensualité naturelle, un charisme et une détermination assez incroyable chez elle. Ce livre doit être passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et une femme avec un coeur gros comme ça !!

      Supprimer
  4. Imagine qu'au hasard d’une visite chez un bouquiniste que tu sois tombé sur Elizabeth Taylor dont tu ignorais l’existence... et que tu aurais plongé dans son décolleté pour en savoir plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais plutôt plongé mon regard dans ses yeux magnifiques... :)

      Supprimer
  5. Je me rends compte en lisant ton billet et la liste que finalement j'ai vu très peu de films avec elle. Je la connais plus pour ses déboires amoureux. Je l'ai néanmoins adoré dans Cléopâtre et La chatte sur un toit brûlant ;-)

    Ton regard dans ses yeux magnifiques ,!!! Oups on vient de perdre manU :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cléopâtre est loin d'être son meilleur film même si elle y est superbe.
      Je la préfère dans des films moins spectaculaires.

      Supprimer
  6. Très bel hommage rendu à cette grande dame aux yeux violets qui en a fait craquer d'amour plus d’un. La belle-mère de Fred Pierrafeu, je l’avais oublié celle-là! Quelle femme…

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...