samedi 9 novembre 2013

Une vie entre deux océans

M. L. Stedman

Stock
ISBN 978 2 234 07198 8
449 pages
2012 / 2013

(Masse Critique Babelio)
 

Mes impressions: 

Janus Rock, petit ilot rocailleux, situé sur la côte sud-ouest de l’Australie, fouetté par les vents, frappé par les vagues. Les éléments s’y déchainent parfois passant de la colère d’un océan démonté au calme d’une mer d’huile. Un univers à part pour une vie particulière. Plus que le gardien du phare de ce promontoire rocheux, Tom Sherbourne est gardien de la destinée des bateaux et des marins naviguant à portée de ce halo lumineux, unique signe de vie dans les profondeurs de la nuit. La vie est dure sur Janus ; solitude, isolement, son prédécesseur n’y a pas survécu.

"Tom étudia la carte étalée sur la table. Même une fois magnifié à cette échelle, 
Janus n'était guère qu'un point, parmi des récifs dispersés au large de la côte. 
Il fixa son regard sur l'étendue marine, inspira l'air épais et salé, 
sans se retourner vers la côte, de crainte que cela ne le fasse changer d'avis."

La vie y est plus douce pour Tom depuis son mariage avec Isabel qui porte dans son cœur et dans sa chair le besoin de donner la vie. Mais le destin en a décidé autrement et chacune de ses grossesses se concluent invariablement en fausse couche. Il en va de même pour la dernière, Tom recueillant entre ses mains le corps d’un bébé arrivé bien trop tôt pour avoir la moindre chance de survie.

Quand un matin, un dinghy échoue sur l’ile avec à son bord un homme mort et un nourrisson de deux mois bien vivant lui, l’océan semble leur faire l’offrande de ce bébé. Entre cœur et raison, quelle décision est la meilleur et pour qui ? Pour le couple, un choix s’impose, leur première divergence mais non des moindres. La vie est faite de choix et ces choix sont parfois lourds de conséquences.

"Tout comme le mercure qui contribuait à la rotation de la lumière, Isabel était... un mystère. 
Capable de soigner comme d'empoisonner; capable de porter tout le poids de la lumière 
mais aussi de la diffracter en un millier de particules impossibles à attraper, 
s'égayant dans toutes les directions." 

Un roman de facture plutôt classique mais servi par une écriture fluide et un sens du rythme qui font défiler ses trente-sept chapitres, plutôt courts, et ses quatre cent cinquante pages à toute vitesse. Plus, on avance dans l’histoire, plus on a envie d’en connaitre l’issue, tellement l’auteur nous tient en haleine, la boule au ventre. Les personnages sont attachants, touchants, cohérents, torturés, plein de doutes et pas à l’abri d’une erreur aussi terrible soit-elle.

Entre liens du sang et liens du cœur, je n’ai pour ma part aucun doute sur ceux qui ont le plus de valeur...

Une vraie bonne surprise que ce premier roman de M. L. Stedman, romancière australienne  dont  on n’a pas fini d’entendre parler, j’en suis certain. De même que je suis certain qu’en refermant ce livre, ce n’était pas une larme que j’avais au coin de l’œil mais juste un résidu d’embruns venu tout droit de l’océan…





Un grand merci à Babelio et aux Éditions Stock pour cette belle découverte.

  M. L. Stedman

***

Deux beaux billets: ChristiePassiondelecteur



 



Babelio vous invite toute l’année à découvrir des nouveaux livres. et à partager vos critiques de livres. en allant sur Babelio.com".

22 commentaires:

  1. Mon manU ton billet est tout simplement magnifique ! Je n'ai qu'une envie courir à la médiathèque, plonger dans ce livre, me noyer dans cette histoire et avoir moi aussi de l'embruns pleins les yeux.

    Tu as raison "entre les liens du cœur et ceux du sang... " je n'ai moi non plus aucun doute, tu en es la preuve...

    Merci <3

    RépondreSupprimer
  2. Un premier roman australien, voila qui a tout pour me plaire. En plus tu sais (comme d'habitude) trouver les mots qui donnent envie.

    RépondreSupprimer
  3. Tout de suite, en te lisant, je sais qu'il faut que je lise ce livre. Merci pour ce partage et bon dimanche. FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage et bon dimanche FLaure !

      Supprimer
  4. Eh bien, il a l'air vraiment émouvant ce roman, sans être neuneu (parfois, ça va malheureusement ensemble...). Et les romans australiens, ça me plait, j'ai envie d'en lire plus. Noté donc.

    RépondreSupprimer
  5. Il me fait vraiment envie ce livre, je l'avais demandé en partenariat mais je n'ai pas été retenue...
    Tant pis je n'attendrais peut être pas la sortie poche tant j'aime la couverture avec le Phare !
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ce serait dommage de passer à côté d'un si beau moment !

      Supprimer
  6. Ben c'est qu'il a un p'tit cœur tout mou aussi le manU...t'es mon p'tit frère alors...très beau billet....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, je mets aussi des casquettes ! ^^
      Merci Jacky !

      Supprimer
  7. La prochaine fois je ressortirai aussi le coup du résidu d’embruns venu tout droit de la Seine... ça marchera peut-être ?
    Beau billet, beau livre que j'ai envie de lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben écoute, ça marchera...ou pas ! ^^
      Il faut toujours assouvir ses envies...
      Merci à toi.

      Supprimer
  8. C'est vrai que pour un premier roman elle frappe fort. Les images qu'elle crée sont très fortes et très belles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec toi et quelle émotion elle arrive à faire passer !

      Supprimer
  9. Finalement, je pense que je m’y verrais bien à Janus Rock, peut-être pas pour l’éternité, mais au moins le temps de la découverte :-) Un petit îlot isolé et sauvage, la mer, l’air du large, un phare et des embruns salés qui se mêlent aux larmes. Entre liens du sang et liens du cœur, je n’ai moi non plus aucun doute sur ceux qui ont le plus de valeur...
    Un livre avec la mer non loin, je me sens déjà attirée par cette lecture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je comprends ton envie de passer quelques temps sur Janus Rock...
      Moi-même, j'y pense souvent. Passer quelques temps, couper du monde, comme ça doit faire du bien. Et curieusement depuis quelques années, je me suis rendu compte que je retrouve beaucoup d'îles dans mes lectures.
      Vivre sur une île, la mer, le vent, la solitude...

      Supprimer
    2. Beaucoup d’îles dans les miennes aussi. Ces lectures d’où le sable s’écoule à chaque page sont tellement apaisantes. J’ai même consacré une étagère de ma bibli à mes lectures océanes :-)
      "La mer, le vent, la solitude".. Oui, c’est ça…

      Supprimer
    3. Une étagère océane donc... :)

      Supprimer
  10. Ce billet est magnifique! Entre les mots de L'amarrée des mots et les tiens, je ne peux qu'être convaincue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. J'espère qu'il te plaira autant qu'à nous si tu le lis.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...