lundi 18 janvier 2016

Alcoolique - Jonathan Ames & Dean Haspiel



"Je vomis presque à chaque fois. C'est comme de la boulimie mais avec l'alcool."
 
Ce jour-là, Jonathan A. refait surface à l’arrière d’une voiture qu’il ne connait pas, en compagnie, d’une vieille dame, naine, qui en veut à son entrejambe ! Le réveil est brutal et pour le moins déstabilisant. Comment a-t-il bien pu en arriver là ? Le malaise est à son comble quand la police frappe aux carreaux. Profitant d’un instant de confusion, Jonathan A. prend la fuite et se réfugie sous un ponton en bordure de mer. Il s’enterre, seule sa tête dépasse du sable, espérant ainsi échapper à la police.

La situation, si elle est inconfortable, s’avère propice à un nécessaire moment d’introspection. Nous voilà embarqués dans les pensées du héros qui nous fait découvrir sa vie, ses années à la fac, ses premières cuites chaque weekend, ou sa découverte de Las Vegas Parano d’Hunter Thompson qui va lui donner l’envie de devenir écrivain. Un écrivain influencé par des auteurs tels que Chandler, Hammett, Fitzgerald ou Hemingway, et surtout un écrivain sous une autre influence, terrible celle-ci, celle de l’alcool…

"Mon égo voulait que je sois un de ces écrivains gros buveurs, un mythe. Mais je dois me rendre à l'évidence, il n'y a rien de grandiose dans mon alcoolisme."


C’est un vrai coup de cœur de j’ai eu pour ce premier roman graphique publié aux éditions Monsieur Toussaint Louverture. J’irai même plus loin en disant qu’Alcoolique donne tout son sens au roman graphique. 

Je m’explique. Le texte est vraiment riche et fort. L’histoire est à la fois touchante et pleine d’humour. Jonathan Ames donne une vraie profondeur à son histoire et à son double littéraire, un certain Jonathan A. Toute ressemblance n’est pas fortuite et confère une vraie authenticité à son héros. De plus, il fait preuve d’une autodérision féroce à ses dépens et évite ainsi tout pathos en dépit du sujet. Il nous fait partager son alcoolisme, ses problèmes de côlon irritable, ses piètres performances sexuelles et ses histoires d’amours foireuses sans jamais plomber son récit, bien au contraire.

Le noir et blanc de Dean Haspiel illustre parfaitement le propos de l’auteur et la ressemblance avec entre Jonathan Ames et son double est saisissante.

J’en termine avec le livre lui-même, un objet magnifique, une couverture cartonnée et toilée, d’un rouge superbe, couleur d’un bon Bordeaux, qui nous montre un homme et son ombre, ambrée comme le serait un bon whisky, buvant comme pour laisser entendre que cet homme n’est plus que l’ombre de lui-même. 

Alcoolique, le récit d’une inexorable dérive qui ne tombe jamais dans le pathétique…



"La clé pour écrire, c'est de trouver le sujet qui vous tient à cœur."

"Et puis un jour, je lis LAS VEGAS PARANO de Hunter S. Thompson, et quelque chose se met à germer dans mon esprit : le fantasme de devenir écrivain."

"Je n'ai réussi à lui faire l'amour à peu près correctement qu'une seule fois, dans ma Dodge. Et encore, c'était sans doute plus dû à l'inclinaison du siège qu'à mon self control."

"Connaissez-vous ce proverbe ? "Au premier verre, l'homme boit le vin. Au deuxième, le vin boit le vin. Au troisième, le vin boit l'homme.""

"Voilà que le monde s'effondre et je n'ai même pas le courage de m'abstenir de boire."



  

Les avis de Jérôme, Mo' et d'autres avis sur Babelio !   
ISBN 9791090724181
144 pages
2008/2015
22€ 

22 commentaires:

  1. Tu as su trouver les bons mots, une fois de plus !
    S’il croise ma route, je le lirais celui-ci.

    Et puis, 1. J'ai pas de Dodge. Un regret même.
    2. Hunter S. Thompson est déjà présent dans mon pense-bête. Son Las Vegas Parano, aussi, que je compte bien lire un jour, avant de devenir écrivain (alcoolique, je crois que je le suis déjà)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et 3. Tu oublies de nous parler de tes performances sexuelles.. Non mais à te comparer à l'écrivain autant aller jusqu'au bout ... :)

      Ben quoi ?!

      Rohhh ok je sors ... ;-)

      Supprimer
    2. @le Bison : Pour la Dodge, c'est surtout dommage pour tes partenaires sexuelles !!

      Supprimer
  2. Ben forcément avec tout ce que tu nous balances j'ai envie de le découvrir ! ^^


    RépondreSupprimer
  3. Je trouve qu’il faut une belle humilité et beaucoup de courage pour en arriver à raconter son alcoolisme, plus fort encore, j’admire cet homme qui a pu le faire avec « autodérision ». C’est une chose de prendre un mauvais virage, mais je pense que c’est encore plus honorable d’arriver à reconnaître qu’il n’y avait rien de glorieux à avoir emprunté ces chemins-là…

    Un jour il se passe un déclic et l’envie se fait de changer les choses en nous. Une rencontre de n’importe quelle nature, avec soi-même ou un livre de Hunter Thompson. C’est admirable…
    Un sujet qui ne me laisse pas indifférente…

    Mautadine, tout un billet mon colon! :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sujet qui ne laisse pas indifférent et qui est formidablement bien traité.

      Supprimer
  4. Noté dans ma liste. Merci pour l'idée et bonne journée, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien FLaure ! Bonne journée à toi aussi.

      Supprimer
  5. que d'éloges!!! Je ne connais pas mais je note !

    RépondreSupprimer
  6. Beaucoup aimé moi aussi, tu penses bien. Et quel objet-livre somptueux, on bien d'accord là aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est normal, tu es un homme de goût ! ^^

      Supprimer
  7. J'hésitais beaucoup à le lire même si j'adore l'éditeur et là tu m'as convaincue !!! Je le veux :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends ton avis avec impatience Léa !

      Supprimer
  8. Le sujet me touche de près alors je ne sais pas trop si j'ai envie de me plonger dans ce livre. Encore que tu mentionnes que l'auteur fait preuve d'autodérision donc ça n'est peut-être pas trop éprouvant à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tes réticences mais le sujet me touche aussi de près et vraiment, je le recommande.
      A aucun moment, cette histoire n'est éprouvante, et vraiment, il serait dommage de passer à côté...

      Supprimer
    2. Bon, dans ce cas, je prends note du titre :) Merci manU !

      Supprimer
  9. Comme d'habitude, je suis convaincue par une de tes chroniques! Le sujet est délicat, ardu même, mais j'aime beaucoup l'idée de l'autodérision...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sujet délicat mais vraiment bien traité !

      Supprimer
  10. Un album que je veux vraiment me procurer !
    Très très très tentée !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...