mercredi 30 janvier 2013

Shutter Island - La BD - Christian De Metter & Dennis Lehane





Quatrième de couverture:

Nous sommes dans les années cinquante, au large de Boston, l'îlot de Shutter Island abrite un hôpital psychiatrique où sont internés des criminels. Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent : le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la "prison-hôpital" car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Œuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ? Au fur et à mesure que le temps passe, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant.

Mes impressions: 

Le bateau s’éloigne de la côte, se dirige vers cette île qui abrite une sorte d’asile psychiatrique ou pénitencier, je ne sais pas au juste. Ce que je sais, c’est qu’on y fait de drôle d’expériences parait-il… Mais je n’ai plus le choix, je ne peux plus reculer. Même si je le voulais, je ne pourrais jamais regagner le large dans cette eau glaciale et déchainée avec cette tempête qui se prépare.

Voilà, nous y sommes. Je ne me sens pas mieux, c’est même plutôt pire. Une femme a disparu, une certaine Rachel Solando. Le directeur, le personnel, je les trouve tous inquiétants, ils me font flipper avec leurs regards inquisiteurs, leurs mines patibulaires. Et avec tous ces malades, tout autour, difficile de se sentir vraiment à l’aise.

J’aperçois le vieux phare au loin. Je crains le pire. Je suis sûr que c’est un véritable musée des horreurs. J’imagine le sang qui coule sur les marches, je parie que la salle des tortures se trouve tout en haut, au sommet…

Bon sang, je n’ai jamais vécu une tempête pareille. J’ai bien cru que mon heure était arrivée. Et puis, trouver refuge dans un vieux cimetière alors que les éléments se déchainent, ça ne contribue pas vraiment à rassurer. La pluie torrentielle me glace les os et la terreur me glace le sang.

Je ne sais pas comment tout ça va finir. Je ne vois aucune issue à ce cauchemar, je perds pied. Toute cette noirceur, toute cette humidité, j’ai froid, je suis terrorisé. C’est ça, j’ai peur, je ne sais plus, je crois que je n’en reviendrai jamais… Mais après tout, c’est peut-être mieux…

Fuyez !

**********************************************************************************

Oubliez mon petit délire, désolé mais c’est venu comme ça, et précipitez-vous sur cette BD.

Après le roman de Lehane et le film de Scorsese, j’ai d’abord douté de son intérêt. Que pouvait-elle apporter de plus ? Comment parviendrait-elle à retranscrire l’ambiance si particulière et complexe du roman ?

Le pari est totalement réussi. L’album est magnifique. La couverture avec ce visage aux yeux fermés à demi immergé et son reflet, les yeux ouverts est déjà une trouvaille. Le tout dans des tons d’un vert qui n’est pas ici couleur d’espoir mais de désespoir. L’ensemble des planches dans des tonalités sombres, de brun et de marron, retranscrit parfaitement la noirceur du récit. Les dialogues ont su préserver la moelle du roman sans le dénaturer. Une réussite totale.

Christian De Metter
 
ISBN 978 2 203 00775 8
128 pages

(acheté sur Priceminister)

15 commentaires:

  1. Ca va pas bien de nous faire des frayeurs comme ça...Le cimetière de mon village est un paradis à coté.....

    Si tu voulais me faire peur...c'est réussi. C'est pas le genre de BD que je vais lire dans mon lit le soir avec une petite lumière tamisée....

    :D ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, tu n'aimes pas qu'on te donne le frisson quand tu es dans ton lit ?... :p

      Supprimer
    2. Dans mon lit OUIIIIIIII, sous mon lit NONNNNNNNNNNNNN ;)

      Supprimer
  2. J'ai adoré le bouquin de Lehane,
    J'ai adoré le film de Scorcese,
    pourquoi n'ai-je pas encore lu cette BD ?

    Car, oui, j'aime frissonner, que cela soit dans mon lit ou sous mon lit (cela dépend des positions)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc tu es contorsionniste toi ? lolllll

      Supprimer
    2. Je n'ai pas dit qu'après j'étais capable de me relever !

      Supprimer
    3. Ptdrrrrrrrrr,

      Donc un conseil Le Bison, arrête de frissoner sous ton lit et remonte d'un étage, cest plus sage...

      :D

      Supprimer
  3. Comme quoi, on en apprend des choses juste à partir d'une BD... :D

    RépondreSupprimer
  4. Pas lu le roman, pas vu le film, pas mon truc je crois (trop angoissant pour moi, j'aime pas frissonner^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, qu'y a-t-il de meilleur qu'un bon frisson ?... ^^

      Supprimer
  5. Trop envie de lire cette BD...et le film passe à la télé ce soir...Contrairement à Jérôme que je salue ici...j'adoooore frissonner...;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après le roman et le DVD, il ne me manquait que la BD.
      Bon film et surtout bons frissons... ;)

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Le goût du frisson a été le plus fort... :)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...