lundi 14 novembre 2016

Aussi loin que possible - Éric Pessan



« Les véritables raisons de notre course, on ne les a pas comprises sur le moment. Parfois, on fait des choses sans réfléchir et on en voit le sens bien plus tard. » 

Ce matin-là, en partant au collège, Antoine et Tony n’ont rien prémédité. Ils se sont mis à courir et ne se sont plus arrêtés. Sans but précis, ils sont partis. Pas besoin de se parler pour se comprendre. L’inconnu pour seul horizon.

Au fil des heures, on assiste à leurs doutes, leurs difficultés, leurs craintes. Les premiers tiraillements d’estomac, les premières douleurs. Au fil des jours, on les accompagne dans leurs maraudes, il faut bien se nourrir, il faut bien dormir. Au fil du temps, ils comprennent et avec eux, on comprend. On adhère aux raisons de leur colère.

L’un redoute la violence d’un père à la main trop leste. L’autre redoute une expulsion imminente. Partir pour ne plus revenir ? 

Éric Pessan réussit un très beau roman difficile à lâcher.  La narration à la première personne renforce encore la puissance du récit. Un roman plein d’espoir, un roman sur la vie ! 

Aussi loin que possible, courir pour ne plus souffrir, courir pour ne pas partir…



  
Éric Pessan sera présent aux Littératures Européennes Cognac 
du 17 au 20 novembre 2016. Venez nombreux !


Les avis de Jérôme, Noukette et du Texte Libre !

ISBN 9782211108317
140 pages
2015
13€

10 commentaires:

  1. Un superbe roman oui, qu'on lit en courant à coté de ces ados si touchants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça tant il est difficile à lâcher !

      Supprimer
  2. Je lis ton billet et je ne sais pas pourquoi je pense à Antoine Dole, j’ai l’impression que tous les deux ont cette force de profondeur, cette capacité d’aborder le monde de l’adolescence avec justesse et énormément de sensibilité. J’aime beaucoup cet extrait sur le décalage relatif à la portée de nos gestes. Le monde de l’adolescence est fascinant, entre la recherche de sa propre identité et le contact avec le monde qui nous entoure, constamment en déséquilibre entre les deux. Mautadine tu feras de belles rencontres aux littératures européennes! <3
    Enjoy ma BleuettE de marais toute sweet! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta remarque est tout à fait juste.
      Cet extrait est tellement juste. Tout à fait adapté à cette histoire et à tant de situations dans nos vies à tous...

      Supprimer
  3. Il reste longtemps en mémoire ce roman là ! J'en garde un très beau souvenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est une belle histoire !

      Supprimer
  4. encore un dans ma PAL ! et au passage, bon festival. Ce sera sans moi cette année ;-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Dommage, il va y avoir plein de belles rencontres !

      Supprimer
  5. "Pas besoin de se parler pour se comprendre."
    J'aime cette phrase et n'ai même pas envie d'en rajouter tant elle me parle...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...