mardi 29 septembre 2015

Zen - Maxence Fermine




« La calligraphie japonaise ressemble à un souffle. Le souffle du dragon. Elle consiste à peindre l'instant avec une force inouïe et une délicatesse extrême. » 

Dans une modeste pagode au cœur d’une forêt d’érables, Maître Kuro consacre son existence à « l’art subtil de la calligraphie ». Un jour, Yuna, jeune calligraphe de talent, sollicite l’aide du Maître afin de parfaire son art. Privilège pour elle d’être reçu par le Maitre. Défi pour lui de lui ouvrir la voie du zen dans l’art de l’écriture.

Des regards qui se croisent, une complicité qui s’installe, deux personnages animés par une même passion mais pourtant séparés par une promesse… 

« Calligraphie.
Écriture de la beauté. »
 

Pour la seconde fois, je me suis laissé envoûter par la plume délicate de Maxence Fermine. Je n’ai rien lu de lui depuis Neige, trop peur d’être déçu tant j’avais aimé ce livre.

Contre toute attente, j’ai adoré Zen que j’ai lu et relu, déjà plusieurs fois, chaque fois avec le même plaisir.

Un style épuré, des phrases brèves, parfois proches du haïku. L’impression de lire de la poésie en prose. Une écriture qu’on a plaisir à lire et qu’on prend plaisir à partager, à murmurer, à susurrer. Une écriture comme dans un souffle…

Posez-vous un moment et ouvrez ce livre, Maxence Fermine vous ouvre les voies du Zen


Hibiscus Schizopetalus...

Un grand merci à Florian Lafani 
et aux Éditions Michel Lafon pour cette découverte en exclusivité !



A lire aussi, le très beau billet de Carnet de lecture
et celui de Walkyrie

 Michel Lafon
ISBN 978 2 7499 2697 1
135 pages
2015
14,95€
 

26 commentaires:

  1. Tu rends tellement bien hommage à ce livre! <3 Tellement bien qu’en te lisant, d’un océan à l’autre, j’ai entendu un murmure, celui de ton âme qui a pris plaisir à vivre un moment de délicatesse et de poésie avec les mots de Maxence Fermine. L’hibiscus est magnifique et tes citations sont douces. J’trouve qu’il y a quelque chose de très sensuel dans la calligraphie, une forme d’amour qui séduit le regard. Un billet « comme dans un souffle » et qui berce le lecteur... que c’est beau! :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que tu es gentille ! J'aurai tellement aimé en parler mieux. Mais quand j'adore un livre, je ne trouve jamais vraiment les bons mots, ça ne vient pas, c'est comme ça !

      Ce livre déborde effectivement de douceur et de sensualité...

      Supprimer
    2. Le murmure de son âme, n'exagérons pas, ce n'est qu'une grenouille :)

      Supprimer
  2. Un moment de détente sans doute, merci pour ce partage. Je ne connais pas du tout cet auteur.
    Bonne journée, FLaure

    RépondreSupprimer
  3. Depuis le temps que je dois lire Neige !

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour ce beau billet qui me donne envie de découvrir cet auteur :)

    RépondreSupprimer
  5. L'écriture de Fermine m'effleure et me caresse avec subtilité.
    Le sujet de la calligraphie me séduit ainsi que l'élève qui va apprendre du Maître et puis vient se rajouter ta si délicate touche personnelle, tes murmures, ton souffle ...

    Comment pourrai-je résister ?

    Des bisous mon manU :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te caresser avec subtilité ? Tiens, en voilà une drôle d'idée... Ça sert à quelque chose la subtilité ?

      Supprimer
    2. Si tu en avais cher vieux Bison, tu saurais... :)

      Supprimer
    3. Et toc !!!!!
      Non mais !

      Merci manu ;-)

      Supprimer
    4. Chevalier Grenouille présent !
      A votre service princesse Cristina ! ^^

      Supprimer
  6. "Une écriture comme un souffle...", c'est tout à fait ça. Un roman aérien et intense à la fois. Ton enthousiasme donne envie de le découvrir! Merci pour le lien ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce beau billet que j'invite tout le monde à aller lire ! :)

      Supprimer
  7. Tu me donnes sacrément envie de découvrir cet auteur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, rien ne peut me faire plus plaisir !

      Supprimer
  8. Dès les premières citations que tu as postées d'ici ou de là, j'ai senti la caresse de cette plume venir m'hérisser les poils de sa douce poésie.
    J'ai perçu la subtilité de chaque caresse des mots qu'effleurent mon majeur sur cette page aussi blanche que de la neige que seule la beauté d'une calligraphie vient illuminer mon âme.
    Les mots épurés de leur superflu, la calligraphie ZEN !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas donc être encore un peu plus illuminé ?
      Ben ça promet... ^^

      Supprimer
  9. Il me fait super envie, surtout que je veux découvrir cet auteur depuis longtemps :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'en conseiller la lecture ! :)

      Supprimer
  10. J'ai été un peu déçue après Neige justement mais je note celui-ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère donc qu'il te séduira davantage...

      Supprimer
  11. Je crains la zenitude ... ça m'endort. Jamais réussi à finir "Neige", c'est dire ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te plains ! ^^
      Mieux vaut donc passer ton chemin...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...