vendredi 4 septembre 2015

La Renarde - Hugues Douriaux




Nicole, la quarantaine bien avancée, peine à se remettre de la disparition de son mari. Pour tenter de continuer à avancer, elle décide de quitter le tumulte de la vie parisienne et de s’installer dans leur maison en pleine campagne.

Située en bordure d’un hameau isolé entouré de champs et d’une forêt particulièrement dense, l’endroit est propice aux longues balades. C’est justement au cours d’une de ses promenades quotidienne que Nicole va se perdre et faire une surprenante rencontre avec une superbe renarde au pelage flamboyant.

Une première rencontre qui va en entrainer une autre, ramener Nicole dans le monde des vivants et peut-être même lui redonner goût à la vie…

Après une vraie panne de lecture cet été, plus l’envie, c’est par ce petit livre qui trainait dans mon sous-sol que je suis revenu à la lecture avec plaisir. Une histoire toute simple, presque banale et qui m’a accrochée alors que je devais envoyer ce livre que je n’avais jamais eu la moindre intention de lire !

Le style d’Hugues Douriaux est fluide, agréable et prenant. Le retour aux sources après un deuil, la rencontre qui donne un nouveau sens à la vie, rien de vraiment nouveau comme je vous le disais et pourtant, j’ai beaucoup aimé.

Avec ses personnages justes et débordants d’authenticité, La Renarde est un roman positif qui fleure bon le terroir sans en faire trop. Comme quoi, il suffit parfois de peu pour être heureux…

***


"Renarde, c'est l'âme de cette forêt, son essence, et j'ai l'immense privilège qu'elle m'offre d'y pénétrer. Renarde fait plus que me tolérer. Je sais qu'elle se satisfait de me voir, et j'ose croire que ce n'est pas uniquement dû à la viande que je lui offre. Je lui adresse mes pensées, je lui explique mentalement qui je suis, ce que je fais là, pourquoi la vie m'a blessée et le réconfort que m'apporte la certitude que, petit à petit', je m'intègre dans l'harmonie de cette forêt et de ces habitants."

"La saison s'avance. L'automne est arrivé, et la forêt a encore changé de couleur, nous offrant le plus resplendissant de sa palette, qu'elle garde en réserve pour cette occasion unique. Ce ne sont qu'explorations de pourpre, de marron, de vert sombre, d'or, et chaque jour, à la lumière du soleil changeant, ces couleurs muent, s'enrichissent, se font sensuelles, étourdissantes."

"Des noms jaillissent de-ci de-là, qui prouvent que ces paysans n'étaient pas incultes. Lamartine, Pierre Loti, Dumas... Jules Verne. Et ça se rapproche. Appolinaire, Mallarmé, Proust, Péguy... Céline... Je me plonge dans cette littérature disparate, mes lunettes se frayant leur chemin à travers les taches jaunes d'humidité,, les antiques crottes de mouche et les ciselures des dents de souris. Je me prends à aimer ces heures où je m'abstrais du monde, devant mon feu de bois, dans mon fauteuil, emmitouflée dans un grand châle de laine."

"J'en apprends sur les cousinages officiels ou de la jambe gauche entre les familles X et Y, les brouilles entre les Z et les A, les enfants adultérins des V... J'ai même su qu'une des sœurs Joucelier "d'vot'maison, eh ben, c'était une sacrée qu'y fallait pas y en promettre, celle-là, y z qu'le train qui y était pas passé d'sus, allez, on peut ben l'dire, ça fait trente ans qu'elle est morte !" et Thérèse m'a confirmé que c'était la pure vérité, "mais c'est comme ça dans tout'les familles, faut qu'y ait au moins une putain ou une bonne sœur !"..."



Éditions de l'Ecir
ISBN 978 2 286 03245 6
188 pages
2007



16 commentaires:

  1. Tant que ça n'est qu'une panne de lecture, ça va... *je sors* ;))
    Sinon il a l'air bien sympa ce livre, tu as bien fait de ne pas t'en débarrasser tout de suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De ce côté-là, tout va bien, merci ! ^^

      Supprimer
  2. Il m'est souvent arrivé d'être surprise par des livres auxquels je ne m'attendais pas du tout et souvent se sont des jolies surprises... c'est fort agréable...

    Celui ci a tout pour plaire ... Comme quoi parfois on peut passer à coté de jolie chose ... ou pas :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a en effet de jolies choses à côté desquelles il serait dommage de passer... ;)

      Supprimer
  3. Et dire que je n'ai pas chargé le fusil de chasse !

    RépondreSupprimer
  4. C’est étonnant parfois comment certaines « rencontres » nous font du bien. Elles arrivent au bon moment, sans qu’on s’y attende et à travers elles on se retrouve. J’suis contente que tu aies croisé la route de cette renarde pour te redonner le goût de lire et de nous revenir avec tes billets qui nous manquaient. Un livre qui fleure le terroir, la nature, le bonheur dans la simplicité, qu’est-ce que c’est bon!

    « Je me prends à aimer ces heures où je m'abstrais du monde, devant mon feu de bois, dans mon fauteuil, emmitouflée dans un grand châle de laine »

    Oh ouiiiiii!!!! Le bonheur en culottes de flanelles! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le bon Dieu en culotte de velours !!!" ^^

      Supprimer
  5. Heureuse de te revoir et merci pour ce partage. Pour Nicole c'est un retour à la vie et pour toi un retour vers la lecture. Que du bonheur ce livre !
    Bon W.E. FLaure

    RépondreSupprimer
  6. Parfois de bonnes surprises... Bonnes lectures de rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois oui et ça fait plaisir quand ça arrive.

      Supprimer
  7. Il suffit parfois de peu, tu as raison. Mais ce peu est tellement "beaucoup" dans ces cas-là! Merci pour la découverte de ce roman!

    RépondreSupprimer
  8. J'aime moyen quand ça fleure bon le terroir mais tu sais te montrer convaincant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur a le talent de bien doser pour que ça reste parfaitement digeste. :)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...