samedi 28 février 2015

Ciné - Des nouilles aux haricots noirs - Lee Hey-Jun - 2009



Je ne peux pas ne pas vous parler de ce film sur lequel je suis tombé par hasard sur Arte jeudi soir. C’est son titre qui m’a attiré, Des nouilles aux haricots noirs. Sans que je la connaisse vraiment, la nourriture asiatique m’attire. Plus que le fait de la goûter vraiment, c’est plus une certaine poésie qui s’en dégage, un dépaysement qui est la cause de cet intérêt. Sans doute suite à des lectures comme Le Gourmet solitaire, manga par lequel j’ai découvert Taniguchi ou encore L’Heure du Bentô de Naomi Abe dont je vous parlerai prochainement.

Tout commence par un homme sur un pont qui enjambe un fleuve. Il est au téléphone et on apprend qu’il croule sous les dettes. Il raccroche et se jette du haut du pont. Contre toute attente, il ne se joie pas mais se réveille échoué sur le sable d’une espèce d’ilot inhabité au milieu du fleuve. Comme il ne sait pas nager, impossible pour lui de quitter cet endroit qu’il va devoir apprivoiser tant bien que mal. Il lui faut trouver de quoi se nourrir par ses propres moyens et survivre avec ce que le fleuve apporte sur les rives de son île déserte. Sur la plage, il trace un « HELP » pour attirer l’attention. Le temps passant, il s’adapte à sa nouvelle condition, plutôt bien. Le « HELP » va devenir un « HELLO ». 

De l’autre côté du fleuve, dans une grande tour impersonnelle, on découvre une jeune fille qui a deux occupations principales, prendre des photos de la lune avec son téléobjectif et jouer les fashionistas branchouilles sur son blog en piochant des photos de modes ici ou là sur le net. Mais derrière le clinquant, se cache en fait une jeune fille qui vit recluse dans une chambre encombrée d’un bric à brac innommable et qui dort dans un placard, enveloppée dans du papier à bulles. Elle ne communique avec sa mère que par sms ou mots glissés sous la porte. On suppose que la marque qu’elle a sur le front, sans doute une brûlure est la cause de son étrange comportement.



Un jour, au hasard de ses observations au téléobjectif, la jeune fille aperçoit son message. Intriguée par cet homme étrange, elle va continuer à le surveiller au point de finir par sortir de son antre, au milieu de la nuit, pour depuis le pont aller jeter au survivant un message glissé dans une bouteille…


J’espère vous avoir un peu donné envie de découvrir comment tout ça va évoluer. J’ai vraiment été embarqué par ce film, une histoire décalée, touchante et dépaysante, comme seul le cinéma asiatique sait nous en offrir. On suit avec intérêt et un certain amusement le destin de ces deux êtres en marge de la société. Le retour à la nature, Les limites du virtuel, la solitude autant de thèmes traités avec humour, tendresse et poésie.





Un joli coup de cœur que je vous recommande d’autant plus qu’il est disponible en replay sur Arte+7.







Je viens de découvrir sur le net que ce film est aussi connu sous titre Castway on the moon...



16 commentaires:

  1. Je viens de visionner ce film en replay et je te remercie 1000 fois de me l'avoir conseillé. J'étais déjà en train de cogiter sur un billet quand je vois le tien. je ne rajouterai rien de plus finalement. Tu écris l'essentiel.

    Alors oui n'hésitez pas à le visionner en replay vous ne serez pas déçu !

    Un GROS coup de cœur !

    Encore merci 111 minutes d'émotion et de sourire.

    HELLO manU ;-) <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content d'avoir pu te faire partager ce beau moment !

      HELLO you ! ;)

      Supprimer
  2. HELLO ! Je l'avais repéré de par son titre et parce que le cinéma coréen a une certaine valeur à mes yeux. Mais j'ai oublié... tant pis. Dommage... mais je crois qu'il repasse dans quelques jours pour les insomniaques ou les enregistreurs compulsifs. J'ai donc le droit àune seconde chance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est disponible sur Arte+7 et sur Youtube, fonce !

      Supprimer
  3. J'ai mon programme pour ce soir! Super découverte, merci beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à revenir me dire ce que tu en as pensé !

      Supprimer
  4. Le choix des titres m'a toujours laissé perplexe. Comment Des nouilles aux haricots noirs peut-il devenir Naufragé sur la lune? Peut-être irai-je sur Arte replay. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces deux titres trouvent leur sens quand on regarde le film mais le titre choisi par Arte est beaucoup plus poétique... Si tu le regardes, repasse nous donner ton avis !

      Supprimer
  5. Tu m'intrigues avec ce film. Si j'ai un peu de temps, je le regarderai sur Arte +7... Merci du conseil manU !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien Miss Potzi ! J'attends ton ressenti avec impatience ! :)

      Supprimer
  6. Tout à fait d'accord avec la critique positive Un film très attachant et rafraîchissant !

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de le regarder hier soir. Un film très poétique et touchant.
    Un peu long au début mais très agréable à regarder.
    Pas déçue du tout.... j'ai versé beaucoup de larmes à la fin....
    C'était ma fille qui me l'avait conseillée. Bon choix vraiment.
    Jacqueline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée ici partager cet avis ! :)

      Supprimer
  8. À la fin de ton billet, tu parles de « tendresse », et c’est tout à fait ce que j’ai ressenti en te lisant. Un flot d’émotions venu comme ça, du fond de mes tripes, envers ces deux êtres en marge et solitaire, qu’un simple hasard unit.

    En plus, je trouve très belle cette transposition du « HELP » en « HELLO », comme un renouveau dans le cœur de celui ou celle qui n’espérait plus rien. Je sens que ce genre de film laisserait des traces en moi, tes mots en laissent déjà sweet grenouille…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "comme un renouveau dans le cœur de celui ou celle qui n’espérait plus rien"
      Sans l'avoir vu, tu en parles toi aussi très bien...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...