lundi 8 avril 2013

Allez, les oiseaux ! - John Yeoman & Quentin Blake


Gallimard Jeunesse
ISBN2 07 0511831 0
32 pages

(acheté dans un vide-grenier)


Quatrième de couverture:

Que se passait-il au temps où les oiseaux ne savaient pas voler? Ils trottinaient dans les rues et envahissaient les maisons. Chez les Tiredaile, comme partout, la situation était devenue intenable. Par bonheur, M. Tiredaile avait l'âme d'un grand inventeur…

Cette aventure, délicieusement aérienne, nous permet de retrouver le célèbre tandem de l'humour que forment John Yeoman et Quentin Blake.

Mes impressions:


« Il y a longtemps, longtemps, bien avant ta naissance, les oiseaux ne savaient pas voler.
 Je vais te raconter comment ils apprirent. »

Eh oui, autrefois les oiseaux ne savaient pas voler, alors ils se promenaient partout sur les routes où ils créaient des bouchons. Le soir, sans la moindre gêne, ils rentraient au chaud dans les maisons où ils répandaient des plumes partout allant jusqu’à boucher les aspirateurs. Tout cela compliquait beaucoup la vie des humains, embarrassés dans leurs déplacements de peur d’en écraser. La famille Tiredaile se demandait que faire pour éviter ces désagréments.

M. Tiredaile en parfait bricoleur-inventeur, ajouta donc des ailes et des ballons sur les vélos des membres de la famille afin de pouvoir se déplacer et d’occuper tout l’espace libre dans les airs. Si les oiseaux occupaient la terre, les hommes occuperaient les airs. Mais soudain, les oiseaux qui les observaient, se saisirent chacun d’un ballon et ce qui devait arriver, arriva…

Une jolie petite histoire pleine de poésie et d’humour à découvrir dès 5 ans. Les petits comme les grands, dont je suis, pourront se régaler avec les illustrations tout de suite identifiables du grand Quentin Blake que j’ai chaque fois un grand plaisir à retrouver. Je suis toujours transporté par la magie de son trait unique alliant simplicité, légèreté et créativité.

Allez, les oiseaux ! A découvrir absolument pour tous ceux qui ont su garder leur âme d’enfant…

    Quentin Blake

Découvrez son blog en cliquant ICI.


17 commentaires:

  1. Tu crois que je peux me saisir d'un ballon moi aussi ? :)

    Un joli billet plein de douceur..

    Douce nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prends en deux, c'est plus sûr... ^^

      Supprimer
    2. Vas y te gênes pas...dis que j'ai un gros popotin!

      Promis Demain j'arrête les M&M'S ;)

      Supprimer
  2. Ta critique nous donnerait presque des envies d'évasion... Lâchons du leste et prenons-nous pour Niels Holgersson le temps d'une histoire, le temps d'un rêve...
    Une critique douce et légère comme une plume caressée par le vent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un commentaire à la poésie Hahasiesque...

      Supprimer
  3. Poèsie, simplicité, légèreté et créativité...j'adhère...merci pour cette découverte^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit plaisir tout simple à découvrir...

      Supprimer
  4. oh, quelle belle histoire! et Quentin Blake, oui, mille fois oui!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les illustrations de Quentin Blake, "mille fois oui" !

      Supprimer
  5. Toujours un régal les illustrations de Blake. Un album lu il y a quelques années don je me souviens encore.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup la couverture. Pour moi, ma prochaine lecture est: Des vents contraires d'Olivier Adam. Demain, compte-rendu de ma lecture précédente.
    A bientôt, FLaure

    RépondreSupprimer
  7. J'ai un peu plus de 5 ans... mais peut-être un peu trop... Tout juste si j'arrive, à mon âge, à lever la tête pour voir les oiseaux voler...
    Alors je mets du pain sur mon balcon pour attirer les oiseaux les pigeons...
    pour ensuite, à coups de canne, je me défoule...
    C'est ça aussi la poésie de la vieillesse ;)

    RépondreSupprimer
  8. Moi, j’ai gardé mon âme d’enfant, c’est étrange, on me le dit même chaque jour :D
    Alors voler avec ces p’tits oiseaux qui occupent la terre, ça me plairait beaucoup. Quand j’étais petite, j’en rêvais même chaque soir…

    Aussi, ils pourraient m’expliquer ce que je n’arrive toujours pas à comprendre :
    « ils se promenaient partout sur les routes »… « de peur d’en écraser »…………

    Un autre petit trésor sous le pinceau magique de Quentin Blake et signé à l’encre de grenouille. Merci d’écrire de si jolis billets pleins de tendresse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nadine, ça rime avec gamine donc rien de plus normal pour ton âme d'enfant... ;)
      Quentin Blake est très inspirant !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...