vendredi 30 septembre 2016

HAIG, Les Guerriers perdus - Thierry Poncet



"Et enfin il y avait nous.
Les sept.
Sept, plantés devant la montagne morte.
Sept aventuriers. Sept durs de durs, pourtant horrifiés.
Sept qui sentions nos couilles s’étrécir à la pensée que seule la chance nous avait laissés à la surface au moment où ces bon Dieu de kilos de dynamite avaient fait s’écrouler le monde.
Sept millionnaires la veille, redevenus clochards en un éclair. En trois secondes de catastrophe. En un instant d’enfer…"

Vous avez envie de lire une histoire couillue avec des personnages sévèrement burnés qu’ils soient masculins ou féminins ?

J’ai le bouquin qu’il vous faut, HAIG, Les Guerriers perdus de Thierry Poncet.

Cette fois, HAIG l’aventurier et ses acolytes sont bien décidés à se venger de cette garce de Vanda qui les a entubés bien profond. Dans le genre, elle en a une sacrée paire la Vanda. Et puis, c’est qu’elle est devenue une vraie baronne du crime qui ne se déplace plus qu’en 4X4 à vitres teintés, escortée par un régiment de gardes du corps armés jusqu’aux dents. Plus inaccessible, y a pas, surtout du haut de son nid d’aigle.

Ça ne va pas être facile mais HAIG est bien décidé à lui régler son compte quoiqu’il doive lui en coûter.

Ça dégomme, ça bombarde et ça saigne à chaque page, avec la planète pour terrain de jeux. Les chapitres sont brefs, l’écriture rythmée, on ne s’ennuie pas une seconde.

De plus, je ne m’attendais pas du tout à cette fin, que je ne vous dévoilerai pas bien entendu. Je me suis d’abord dit « Ah ouais ? Tout ça pour ça ? » pour finalement me dire qu’elle était totalement inattendue donc parfaite pour cette histoire.

Avec HAIG, Les Guerriers perdus, gare aux éclaboussures !



 



ISBN 972 237258 022 9
242 pages
2016
9,99€
(Livre reçu en service de presse)


14 commentaires:

  1. Tabarouette ça partait bien ma lecture, première phrase il a fallu que je regarde sur Wikipédia pour « couillue » et « burnés » ptdrrrrrrrr
    Bon en même temps j’en déduisais un peu le sens :D
    La Vanda avec sa « sacrée paire » ischhhhhh! ^^
    On ne s’ennuie pas une seconde alors ça c’est super! Même pas peur des éclaboussures :P
    Encore un super billet mon colon d’marais, t’es en pleine forme! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tabarnouche ! T'es dont ben plate !! ^^
      Quelle verve j'ai, n'est-ce pas ?
      Avec un V...

      Supprimer
    2. Avec un V, bien sûr ^^
      Dévergondé!.............

      Supprimer
    3. Elle est effectivement bien plate, cte blonde. A croire qu'elle sort jamais de son igloo ou qu'elle causse pas souvent aux grizzlis sévèrement burnés de son coin.

      Supprimer
  2. S'il y a des femmes sévèrement burnées, je demande à voir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en attendais pas moins de toi ! :)

      Supprimer
  3. Encore une histoire de couilles ! Tant que ça ne part pas en couilles, l'histoire... mdr

    Mais je demande à voir la ou les femmes sévèrement burnées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle s'appelle Vanda et c'est une sévère... ^^

      Supprimer
  4. une histoire couillue avec des personnages sévèrement burnés...
    là ça me parle !

    Quand aux femmes même burnées, désolé ma grenouille, mais là je passe mon tour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les goûts sont dans la nature... ^^

      Supprimer
  5. Des nanas avec des couilles ? Genre Sarah Connor ? Moi ça me va ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vanda, c'est plutôt le genre à faire faire le sale boulot par ses hommes...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...