dimanche 29 septembre 2013

Le Dieu vivant - Une aventure d'Ergün l'errant

Comès

Casterman
ISBN 2 203 33501 7
46 pages
1974/1980

(Emprunté à la médiathèque)


Mes impressions: 

Lors de ma première visite à la nouvelle médiathèque de ma ville, deuxième trouvaille, un album de Comès. Cool ! Trop content, je me saisis de ce Dieu vivant pour ne plus le lâcher. Un Comès que je n’ai pas encore lu, il en reste quelques-uns, je ne pouvais pas le laisser passer. 


"Dans une galaxie lointaine, un étrange véhicule fend les noirs abîmes des mondes interdits !..." 

Après un tel incipit, je dois bien reconnaitre que je me trouvais un peu partagé. La part en moi qui adore Comès se disait que c’était poétique tandis que la part un peu plus lucide se disait ça commence mal…

Ayant voulu se révolter contre ses chefs, un homme a été exilé, condamné à vagabonder sans fin dans la galaxie, il est devenu Ergün l’errant. Son vaisseau atterrit en catastrophe sur Shé, la planète fleurie, peuplée de femmes-fleurs et d’hommes-papillons. Les femmes-fleurs habitent la canopé, dans un village situé au-dessus d’une forêt dense et étouffante où même le soleil a du mal à pénétrer. Les hommes-papillons, quant à eux, occupent d’étonnants cocons accrochés à des arbres gigantesques. Tous vivaient en harmonie jusqu’à l’arrivée des dieux qui "descendirent du ciel sur un grand char de flammes", un seul subsiste encore, le Dieu vivant

Un soupçon de Star Trek et une grosse louche de La Planète des singes n’auront pas suffi à faire de cette histoire une réussite. Beaucoup d’idées amusantes et bien trouvées à défaut d’être réellement originales mais qui souffrent d’un traitement un peu simpliste. Des dialogues souvent trop explicatifs, un peu d’ellipses n’aurait pas fait de mal, des personnages et un univers bien trop manichéens qui s’avèrent au final plus souvent risibles que crédibles. Des trouvailles à l’aspect féérique qui tombent en définitive totalement à plat, occultées par le côté ultra kitchissime de l’ambiance et du graphisme. Mention spéciale aux chevelures des femmes-fleurs qui tiennent davantage du bonnet de bain à fleurs en plastiques des années cinquante que de la crinière luxuriante voulue, une véritable horreur à la limite du grotesque. Je terminerai par les couleurs, un patchwork nauséeux de rougeasse, orangeasse, jaunasse, maronnasse, lavasse (.??!!..) à vous faire regretter de ne pas être daltonien !!

Une chose a cependant attirée mon attention, le bonnet à grelots sur la tête de Pustule, le fou diabolique, Silence en porte un semblable dans la bande-dessinée éponyme. Un petit bonheur dans toute cette fadeur !

Le Dieu vivant, un album daté et globalement décevant…



✿✿ ✿✿ ✿✿
 


10 commentaires:

  1. "un patchwork nauséeux de rougeasse, orangeasse, jaunasse, maronnasse, lavasse (.??!!..) à vous faire regretter de ne pas être daltonien !!"

    La vache que tu m'as fait rire de bon matin...... ;)

    je n'ai toujours pas lu "Silence" il me fait de l'œil souvent mais à chaque fois je reçois un livre et hop je passe à autre chose ^^ ;)

    J'ai comme l'impression que "Silence" est le meilleur de "Comès" ?

    Bon maintenant tu arrêtes d'aller à la bibli heiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnn ????:D ^^ ;)

    J-13

    Même si ce livre t'as déçu ton billet n'en reste pas moins excellent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Silence, quand ce sera la bon moment, tu le sauras ! :)

      Supprimer
  2. c'est ce que je me suis dit d'emblée : qu'est-ce que ça a l'air vieux! Bon, je sais que je dois passer mon chemin, maintenant... dommage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mieux vaut ne pas commencer par celui-ci...

      Supprimer
  3. Bon je ne note pas alors. En même temps la SF style planète des singes c'est pas du tout mon truc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roman de Pierre Boulle est pourtant excellent !

      Supprimer
    2. Et le film avec Charlton Heston et Roddy Mac Dowal reste pour moi SUBLIME...La scène de fin avec la statut de La Liberté est pour moi ancrée dans ma mémoire. Les remakes n'ont jamais attiré mon attention.
      En revanche jamais lu le livre... ^^

      Supprimer
  4. Des femmes-fleurs, des hommes-papillons sur une lointaine planète, un dieu vivant...
    Si je n'avais pas vécu cette même expérience, j'aurais pensé que ce que tu as fumé est de très haute qualité...
    Mais cette planète existe bien pour y avoir également vécu pendant des années, et le Dieu vivant n'est autre que Christian Vander (spéciale Dédicace à Cristina qui adore ce type)

    https://www.youtube.com/watch?v=vBh6MAQQTwk

    Voilà un titre qui illustrerai bien cette BD !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, c'est peut-être Comès qui avait fumé pour nous pondre un truc pareil... ^^

      Supprimer
    2. Merci Le_Bison pour la dédicace.. Vander seul oui mais Magma NOOOOONNNN ^^ mdr... Comment peux tu écouter "Otis" et quelques secondes après du Magma... Tu es un grand mystère pour moi tu sais ????

      Hier j'écoutais son album pour enfant, j'adore... mais Magma j'ai du mal.
      Pour info manU, Christian Vander c'est celui qui est à la batterie ^^

      Magma!!!! non mais allo quoi ;)
      Et en plus il ose passer devant Pink Floyd et ne pas rentrer !!!!! Honte à toi Le_Bison !!!

      :D

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...