jeudi 21 mars 2013

Le Gourmet solitaire - Jirô Taniguchi & Masayuki Kusumi



Casterman
ISBN 978 2 203 37334 1
198 pages

(acheté chez Emmaüs)


Quatrième de couverture:

On ne sait presque rien de lui. Il travaille dans le commerce, mais ce n'est pas un homme pressé ; il aime les femmes, mais préfère vivre seul ; c'est un gastronome, mais il apprécie par-dessus tout la cuisine simple des quartiers populaires... Cet homme, c'est le gourmet solitaire. Chaque histoire l'amène à goûter un plat typiquement japonais, faisant renaître en lui des souvenirs enfouis, émerger des pensées neuves, ou suscitant de furtives rencontres. 
Imaginé par Masayuki Kusumi, ce personnage hors du commun prend vie sous la plume de Jirô Taniguchi. Le Gourmet solitaire est un mets de choix dans la collection Sakka.

Mes impressions:

Ma rencontre avec Le Gourmet Solitaire s’est faite sur un rayonnage d’Emmaüs. Je l’ai pris, rapidement feuilleté puis reposé. J’ai pris d’autres livres mais pas lui et je suis reparti. J’y ai repensé toute la journée avec regret, il me le fallait. Et s’il n’y était plus quand j’y retournais ? Obligé d’attendre la réouverture d’Emmaüs le samedi matin suivant. Mais je travaillais ce samedi matin. Je rentre donc du travail sur les chapeaux de roue, comptant sur une fermeture à 12h30 qui me laisserait, peut-être, une chance de l’y trouver encore. Ouf, j’arrive avant la fermeture ! Je fonce vers le rayon livre, à peine dans l’encadrement de la porte, je le cherche du regarde, je l’aperçois, il est là, je m’en saisis pour ne plus le lâcher,  je le tiens, je ne repartirai pas sans. Le bonheur tient à peu de chose parfois…

Le titre résume parfaitement ce manga. Nous suivons un homme toujours seul dans sa quête de lieux dans lesquels il va pouvoir se sustenter d’un encas, d’une collation ou le plus souvent d’un copieux repas. Nous découvrons donc ses repas successifs pris dans des endroits successifs. Moult détails nous sont donnés sur l’ambiance de l’endroit, son environnement et surtout sur le menu qui va constituer ses repas, allant des produits utilisés à leur préparation ou leur cuisson.

Quel intérêt me direz-vous ? Eh bien, c’est là que c’est fort. On a envie de connaitre le prochain repas, difficile de bien saisir pourquoi mais on accroche, on tourne les pages. Je pense que notre intérêt est lié au dépaysement, dépaysement lié au cadre, aux menus, aux recettes, aux ingrédients qui nous sont, pour une bonne partie, totalement inconnus. Du coup, notre imaginaire vagabonde grâce à ces aliments, algues nori des rochers, peau de tôfu crue à la kyôtoïte, manjû grillé, shûmaï, sanchu, sukiyaki, algues hijiki bouillies…

Une somme de petits moments essentiels pour notre héros ordinaire qui apprécie toujours ces précieux instants avec délectation et gare à celui qui viendrait troubler le calme entourant son cérémonial. Son plaisir semble d’autant plus intense qu’il est solitaire…

Comme je le dis souvent, rien de tel qu’un bon petit plaisir solitaire !



Chapitre 4: 
Un bol d'anguilles grillées sur du riz "unagi-don", à Akabané (arrondissement nord, Tokyo)



Extrait:

Extrait de la postface:

"Le saké, chauffé juste à point, est excellent. Il s'harmonise parafitement avec cet endroit, avec ce bistrot, avec l'espace de la ville dans laquelle j'ai marché tout à l'heure, avec le flot de temps qui s'écoule ici. Le caractère "umai" (fameux) me vient à l'esprit pour exprimer cette correspondance. Ouh là...je crois que je commence à être un peu pompette... Et le myôga est un vrai bonheur: il n'est pas difficile de voir que c'est la patronne qui l'a confit ici même, elle vient de le sortir directement de sa jarre de sel, et de le découper rapidement en lamelles. Un parfum unique. Ça donne faim d'un bol de riz et d'une soupe au miso..."
 

12 commentaires:

  1. Géniale ta critique tu m’as embarqué avec toi chez Emmaüs :

    Va-t-il l’avoir son livre ?
    Il le tient, Yessssssssssssss !!

    Et ensuite, me vient l’eau à la bouche, avec tous ces menus !

    Plaisir solitaire, oh ouiiiiiiiiiiiii !!!

    Dis, est ce que j’ai droit au saké, MOI, avec le playboy tout nu au fond de la petite tasse ? ^^

    RépondreSupprimer
  2. Mon Taniguchi préféré, le seul qu'il m'arrive de relire régumièrement. En plus tu en parles très bien, ce qui ne gâche rien^^

    RépondreSupprimer
  3. Il faudra un jour ou l'autre que tu te frottes au Pepe Carvalho de Vasquez Montalban, un détective privé gastronome qui aime lui aussi les repas en solitaire... Je dis ça, je dis rien...

    RépondreSupprimer
  4. Pour une fois, je l'AI !!!
    Oui, j'aime aussi les petits plaisirs solitaires.
    Et en plus, j'adore le dessin de Taniguchi, le seul mangaka que je prends plaisirs à suivre.
    Certes, un peu répétitif, ce livre se sert comme un apéritif, pour une mise en bouche avant de se mettre à table.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en attendais pas moins de toi... ^^

      Supprimer
  5. Elle est rigolote ta chronique sur ce livre !
    Un gourmand solitaire qu'il me plairait de rencontrer !
    Bonne soirée :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un livre étonnant à déguster...en solitaire !... :)

      Supprimer
  6. ce manga donne envie de partir au Japon direct pour découvrir tous ces plats !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...