samedi 1 août 2020

Le Juke-box du samedi - Twist in my sobriety - [ Tanita Tikaram ]



Quand cette chanson est sortie en 1988, elle a résonné en moi comme un cri dans la nuit. Une voix d’outre-tombe, une silhouette androgyne, un nom improbable et des propos pour le moins abscons… il n’en fallait pas davantage pour satisfaire mon goût pour la singularité. D’autant que j’étais en pleine adolescence, en pleine adolescence, en quête d’identité, à l’aube de ma vie de chasseur-cueilleur : 

"Allons, cueille les roses, les roses
Roses de la vie, roses de la vie"* 

J’avais pressenti en Tanita Tikaram l’envergure d’une grande artiste, la promesse d’une longue carrière mais il n’en fut rien. J’ai ajouté son nom dans ma PED (Pile des Espoirs Déçus) qui n’a, depuis, cessé de s’accroitre. Sa taille doit d’ailleurs frôler maintenant celle du haricot géant et pour m’en débarrasser, je n’ai plus qu’à espérer une bonne maladie neurodégénérative qui la fera passer de l’état solide à l’état gazeux, ou liquide…au choix… C’est sur ces considérations guillerettes que je mets à mon tour un peu de twist dans ma sobriété et vous laisse écouter ou réécouter ce morceau.

*Paroles de la chanson « si tu t’imagines » écrite par Raymond Queneau et interprétée par Juliette Gréco.

Tanita Tikaram, Twist in my sobriety (1988)

2 commentaires:

  1. Superbe chanson qui résonne en moi aussi de façon particulière.

    RépondreSupprimer
  2. En 88, moi j'étais déjà vieux... mais cette chanson a aussi résonné en moi... Subjugué que j'étais par sa voix... Je le suis d'ailleurs, toujours... Mélancolie, tristesse, spleen comme des cris dans la nuit avec un verre de whisky... ah non, en 88, tu ne buvais pas de whisky...

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...