dimanche 25 février 2018

Et mon luth constellé - Ariane Schréder



« Iris.
Je n'arrive pas à l'imaginer morte.

Tombée du ciel comme un grand oiseau blanc. Striant la nuit. Avalée par la mer.
Boule de feu peut-être, étoile filante ou météore. Et alors seulement cela devient possible. Aigu jusqu'à l'évidence, malgré tout ce qui à l'intérieur résiste de peine et d'incrédulité, de révolte et de scandale. Iris s'en est allée aussi soudainement, aussi brutalement, qu'elle était arrivée.
Et nous avait, une fois déjà, quittés. »
 

Il est des liens qui ne s’expliquent pas. Comme l’amitié entre un adulte et un enfant par exemple, comme celle d’Iris et de Louise.

Iris est une comédienne un peu fantasque, un être de nulle part, la beauté et la fragilité de la fleur du même nom. Elle débarque un jour dans un petit village de montagne, à l’ombre d’un château cathare, où vit Louise, une petite fille de dix ans.

Louise est d’emblée fascinée par cette personnalité peu commune, pleine d’entrain, d’audace et si douce à la fois.

Iris va s’installer dans une mansarde comme une colombe en haut d’un pigeonnier. Prendre de la hauteur ou y observer le monde, son nouveau petit monde, à l’abri des regards.

La mansarde est située au-dessus de la librairie du vieux Georges. Un vieux bougon qui vit quasiment en ermite dans une boutique qui tient davantage de la caverne d’un bouquiniste, aux piles de livres à la stabilité improbable, que de la librairie aux rayonnages épurés et sans âmes. Une librairie dont il a lu tous les livres…

Comme une tornade blanche bienveillante, Iris dépoussière le lieu, redonne leur sens premier aux ouvertures trop longtemps obstruées et la vie se réapproprie les lieux.

Sur sa lancée, elle va donner des lectures au café du village. Des soirées où tout le monde se retrouve sans doute plus pour les représentations de la tragédienne Iris que pour la portée des œuvres littéraires proposées mais peu importe.

Aux lectures d’Iris, on écoute aussi bien des extraits de La Chanson de Roland d’Ian Short que de Belle du Seigneur d’Albert Cohen, de L’Iliade ou de L’Amant de Lady Chatterley, des lectures dont il restera forcément quelque chose après le départ d’Iris.

Oui, je ne vous ai pas dit, Iris est partie comme elle est arrivée, sans crier gare. Il ne pouvait pas en être autrement, Louise le savait, le redoutait et a eu bien du mal à s’en remettre.

Pour le lecteur aussi, pas même découverte, Iris n’est déjà plus. Le roman s’ouvre sur sa mort, bien des années plus tard, et Louise, sous le choc, tente de remonter le fil de son histoire dans le but ou plutôt le prétexte de raconter son Iris à la fille de son amie regrettée… 

Et mon luth constellé, titre emprunté à un vers de Nerval, est une belle ode à la littérature, à l’amitié et aux relations entre les êtres, portée par l’écriture sensible et poétique d’Ariane Schréder que je découvre avec ce roman particulièrement touchant.





ISBN 978 2 35087 435 7
256 pages
2018
18€

20 commentaires:

  1. Un beau livre rempli d'émotion et de douceur. Merci pour ce partage. On fait de belles découvertes sur Babelio.
    Bonne soirée, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis bientôt 8 ans, j'en ai fait de belles découvertes grâce à Babelio en effet !

      Supprimer
  2. Je me verrais bien dans le rôle du vieux bougon lisant l'amant de Lady Chatterley à l'ombre d'une pal bringuebalante...

    RépondreSupprimer
  3. J'avais beaucoup aimé La silenciuse de cet auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'aller lire ton billet, il donne envie !

      Supprimer
  4. Tu sais comme j'aime ce billet mon kinG, c'est ta belle sensibilité et ton côté poétique qui en ressort...
    (j'aurais vraiment aimé le poster "en temps et lieu", mais après le tournoi de Volleyball j'ai fait qq heures de raquettes qui m'ont épuisées) ptdr ^^
    BB xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du Volley en raquettes ? Pas très pratique pour sauter...

      Supprimer
    2. Tu veux devenir une experte avec tout cet entrainement... ^^

      Supprimer
  5. Ton billet est vraiment rempli de poésie, c'est très beau et tu nous donnes vraiment l'envie de découvrir ce récit et cet auteure que je ne connais pas!

    Encore une bonne pioche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture poétique de l'auteure a sans doute influencé la rédaction de mon billet...

      Supprimer
  6. Tu en parles très bien mais je ne crois pas que ce soit un roman pour moi.

    RépondreSupprimer
  7. Tant que ne poète pas plus haut que ton luth... Ok, vu le commentaire hautement culturel, je prends la porte de sortie et je le rends ensuite... :lol:

    RépondreSupprimer
  8. Comme dit Christina ... j'ai pris grand plaisir à lire ton billet bravo manU :)

    RépondreSupprimer
  9. Ta chronique est belle, et invite de futurs lecteurs à s'aventurer vers ce roman, dont je trouve d'ailleurs le titre très beau également ^_^ Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le titre est extrait d'un vers de Nerval...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...