mercredi 29 mai 2013

Le Meurtre de Roger Ackroyd

Agatha Christie

Le Livre de Poche N°617
ISBN 2 253 00696 3
253 pages
1926

(acheté dans un vide-grenier)


Quatrième de couverture:

Le Meurtre de Roger Ackroyd est le premier roman d'Agatha Christie publié en France.
Étrange et angoissant, c'est un chef-d’œuvre du roman policier.

******

Mes impressions:

Je crois que je n’avais pas lu de roman d’Agatha Christie depuis le collège. C’était donc il y a au moins…bref, parlons d’autres chose ! Je me demandais si je n’allais pas trouver ça un peu surfait, un peu longuet et carrément soporifique. Eh bien non ! Dès les premières pages, j’ai été happé par l’intrigue. Pourtant, détail qui a son importance, je ne sais plus très bien par quel biais mais je connaissais l’identité du ou de la coupable. J’ai donc entamé la lecture de ce roman comme je me serai installé devant un épisode de Columbo, en connaissant le coupable mais en me demandant de quelle manière Hercule Poirot allait bien pouvoir s’y prendre pour le démasquer.



Le célèbre détective belge vient de prendre sa retraite dans la petite bourgade de King’s Abbot. Il compte y cultiver son jardin, ainsi qu’accessoirement des citrouilles. Suite au meurtre de Roger Ackroyd, un notable du cru, il est appelé à la rescousse. Comme souvent chez Agatha Christie, on retrouve une galerie de personnages plus ou moins stéréotypés, certains issus de la bonne société, d’autres espérant y accéder un jour, en passant par les domestiques ou le docteur du village.  Tous se retrouvent plus ou moins suspectés du meurtre du riche, obstiné mais surtout pingre Roger Ackroyd, sa belle-sœur et sa nièce Flora comprises. En l’absence d’Hastings, Poirot se fait assister dans sa tâche par le brave Docteur Sheppard qui se trouve également être le narrateur du récit. La sœur de ce dernier, Caroline, vieille demoiselle célibataire friande de récits policiers, n’est jamais avare d’une idée ou d’une piste, notamment grâce à son réseau de relations et à tous les ragots et commérages qu’elle ne se prive pas de recueillir. En cela, elle m’a un peu rappelé la Miss Marple du Miroir se brisa qui mène l’enquête sans quasiment sortir de chez elle.

Inutile de faire l’inventaire complet de tous les personnages du roman, autant vous laisser les découvrir. Pour ma part, je retiendrai surtout l’intrigue prenante au point que j’avais réellement du mal à me détacher de ma lecture et surtout le personnage de Poirot, absolument délectable, il est suffisant, arrogant, sûr de lui, pointilleux, parfois irritant mais tellement brillant, qu’on ne peut que l’adorer et se régaler à chacune de ses interventions.

Avec Le meurtre de Roger Ackroyd, la reine du crime nous rend accro !

Extraits:

"- Les femmes, affirma Poirot, sont merveilleuses; elles inventent et, par miracle, elles ont raison. En réalité, ce n'est pas tout à fait cela. Les femmes observent, sans s'en rendre compte, mille détails que leur subconscient coordonne. Elles appellent ensuite intuition le résultats de déductions qu'elles ignorent elles-mêmes. Je suis très fort en psychologie et, vous le voyez, je connais bien toutes ces choses.
Il gonfla la poitrine avec importance et me parut si ridicule que j'eus grand-peine à ne pas éclater de rire. Puis il but une gorgée de son chocolat et s'essuya la moustache."

"Un médecin sait toujours reconnaitre un mensonge." 



  Agatha Christie

15 commentaires:

  1. Il parle de sa femme aussi Hercule Poirot ? loll

    Tu as presque réussi à me réconcilier avec Agatha Christie...Si j'avais eu un prof de français comme toi ............;)

    Allez j'avoue tu as attisé mon attention,je vais peut etre me laisser tenter.
    Si à Emmaüs un de ses livres vient à moi c'est un signe, je me lance......:D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De sa femme comme Columbo !!!
      Je dois avouer que j'ai mis deux jours à la comprendre celle-là !! :D

      Supprimer
    2. Deux jours quand mêeeeeme ptdr.....
      J'te jure toi ;)

      Supprimer
  2. Ah...cet Hercule Poirot et sa fine moustache...un sacré tombeur...je suis moi aussi dans le trip "vieux livre de mon enfance"...et je suis en train de lire "Démences" de Graham Masterton...les grands esprits se rencontrent ManU...merci pour ce billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne lecture Jack !
      J'espère que tu te régaleras autant que moi avec ce livre.

      Supprimer
  3. C'est aussi mon Agatha Christie préféré.

    RépondreSupprimer
  4. Jamais lu Agatha Christie. Mais si je ne devais en choisir qu'un ce serait sans doute celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle lacune Jérôme ! J'en reste sans voix ! ^^

      Supprimer
  5. Une lecture qui devrait me plaire. Je regarde si je ne l'ai pas dans la bibliothèque de la maison.
    Bonne journée, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on le commence, on ne le lâche plus !
      Bonne lecture FLaure. :)

      Supprimer
  6. Je crois que je n’avais pas lu de roman d’Agatha Christie depuis le collège. C’était donc il y a au moins…
    Mais cela ne devait pas être celui-ci.

    Et est-ce qu'à mon grand âge, je peux me remettre à lire du Agatha Christie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. :)

      Supprimer
  7. Pfffffff ne m'dit pas que tu vas me raconter la fin comme t'as voulu le faire l'autre jour!!!??? Mon p'tit tannant de King de marais à grenouilles toé!!! ^^
    C'est ton Agatha favori celui-là?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis incapable de te dire quel est mon préféré mais celui-ci fait parti des très bons.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...