mardi 8 janvier 2019

Mon Ombre assassine - Estelle Tharreau



"Je suis la fille d'une dépression post-partum et d'un raté démissionnaire. Je suis la sœur d'un clone paternel et d'un monstre répugnant."

Quelle claque !

Roman après roman, Estelle Tharreau construit un intressant parcours avec une production aussi marquante que singulière. Des histoires toujours sombres mais chaque fois différentes, une écriture accrocheuse, une tension insidieuse qui tenaille le lecteur, un art maitrisé du suspense.

Commencer un roman d’Estelle Tharreau en fin de soirée, c’est prendre le risque de passer une nuit blanche…

Cette fois, elle choisit de nous faire pénétrer l’esprit, tortueux, d’une tueuse en série. La narration de son point de vue, à la première personne, l’utilisation du « je », ajoutent à l’identification et donc au malaise du lecteur.

Oscillant entre scènes du présent et flashbacks du passé, on suit l’évolution de cette enfant pas comme les autres, le mal incarné sous les traits d’un petit ange blond, au-dessous de tout soupçon. On peine parfois à imaginer qu’une enfant puisse être aussi fausse, manipulatrice, malveillante,  déterminée et pourtant. L’âge n’arrangera rien à l’affaire…

Comme pour tout bon thriller, mieux vaut ne pas trop en dire et laisser au maximum le plaisir de la découverte au lecteur. Sachez seulement que quand le roman commence, Nadège, l’héroïne vient de commettre un nouveau meurtre qui pourrait bien être celui qui va la perdre définitivement.

Une des bonnes idées de l’auteure est d’avoir situé l’enfance de son héroïne en Provence. Pas une Provence de carte postale, entre champs de lavande et chant des cigales, mais dans une nature particulièrement rude, aride, poussiéreuse, rocailleuse, perpétuellement fouettée par les vents, un environnement hostile qui a fait sortir de ses entrailles, une créature non moins hostile…

Quand l’ombre monstrueuse d’une meurtrière psychopathe se superpose insidieusement à la vôtre, Mon Ombre assassine, d’Estelle Tharreau, un roman glaçant…




ISBN 978 2 37258 050 2
227 pages
2018 
9,99€
 (Livre reçu en service de presse)

14 commentaires:

  1. Une Provence à la Ugolin !... :-)
    Le côté glaçant, c'est pour inciter à mettre des glaçons dans l'anisette ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la Provence à la Ugolin, tu repasseras là !!
      Fais gaffe à l'anisette, Nadège y a sans doute glissé du poison... ;)

      Supprimer
  2. 227 pages qui doivent te prendre aux tripes. J'aime ce côté "glaçant".
    Merci pour la découverte, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse-toi tenter FLaure, tu ne le regretteras pas !
      Bonne semaine.

      Supprimer
  3. Un grand merci de me suivre depuis bientôt quatre ans et de m'adresser une si belle chronique. A bientôt pour de nouvelles sombres aventures. Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis le premier, c'est vraiment chaque fois un plaisir, sans flatterie aucune.
      A bientôt, j'attends le prochain avec impatience...

      Supprimer
    2. Si tout va bien, je vous dis à l'année prochaine. Si tout va bien...

      Supprimer
    3. J'espère que tout ira bien... Si je peux vous aider, faites-moi signe ! ;)

      Supprimer
  4. Flippant tout ça ! Je suis un lecteur trop peureux pour me lancer dans une telle lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que ce n'est pas un genre que tu affectionnes particulièrement Jérôme mais il plairait peut-être à ta femme...

      Supprimer
    2. Avec «Quelle claque » tu me happes, mais avec « Tueuse en série » tu me perds.
      Je suis mitigée entre l’envie de plonger dedans et le côté sérial killer qui me fait peur !

      RRRRRRAAAAAAAaahhhhhhhhhh

      Tu m’énerves ;-)

      Supprimer
  5. J’adore les pages turner qui nous tiennent éveillés toute la nuit, surtout avec un bon suspense… même pas peur! ^^
    Un jour je découvrirai cette belle auteure que tu adores… je serai charmée, c’est certain :-*

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...