mardi 18 octobre 2016

Sous la vague - Anne Percin



L’effet papillon, vous connaissez ? Alors qu’un tsunami vient de dévaster les côtes japonaises, à des milliers de kilomètres de là, dans le cognaçais, Bertrand Berger-Lafitte, héritier d’un empire bâti grâce au nectar des dieux est lui aussi sur le point d’être totalement submergé. Non par une déferlante de cognac mais, soyons clairs, par les emmerdements !

Le tsunami provoque une chute du cours du cognac, le conseil d’administration de sa société tente de l’évincer, aidé par son ex-femme qui y siège encore tout en ayant une liaison avec un associé aux dents longues et, pour couronner le tout, sa fille tombe enceinte d’un de ses ouvriers, syndicaliste de surcroît.

Heureusement, toujours dans l’ombre, Eddy veille. Eddy, son chauffeur. Eddy, le taiseux, le tatoué, le fumeur de cannabis mais Eddy, bien présent. C’est justement un jour qu’Eddy le conduit, qu’en traversant un sous-bois, la Mercedes heurte un faon. La goutte d’eau dans le cognac de Bertrand Berger-Lafitte… 


Sous la vague, dans le ton et le style, est assez différent des livres adultes d’Anne Percin que j’ai pu lire, à savoir Bonheur fantôme et Le premier été, et se rapproche de ceux de ses romans jeunesses. Une lecture tour à tour, grave et drôle, légère et profonde, mais avant tout une lecture jubilatoire à l’humour british souvent cocasse.

Des personnages loufoques qui réservent parfois de drôles de surprises. Faire d’un baron du cognac, un anti-héros décalé, dépressif, largué, lymphatique et le rendre malgré tout attachant, il fallait y penser. Sans oublier les animaux, personnages secondaires mais néanmoins essentiels au récit : faon, chien, chatons, corneille, lion et papillons peut-être, tels les héros d’une fable charentaise pour adultes. 

Alors, ce petit ballon de cognac, je vous le sers après ou avant que vous ne plongiez Sous la vague ?


Kanagawa-oki nami-ura, littéralement Sous la vague au large de Kanagawa, Hokusai

Merci aux Éditions du Rouergue pour cet envoi 
et à Anne Percin pour la dédicace et nos quelques mots échangés.




"Il fallut expliquer à Boumédienne ce qu'était un carlin et, après s'être fait décrire l'animal, il assura qu'à son avis, un chien si moche ne devrait pas faire long feu en liberté. S'il n'avait pas été prévenu et qu'il venait à le rencontrer en pleine nuit, rôdant autour de son potager, il lui mettrait un bon coup de belle et on n'en parlerait plus."

"Le mariage, c'est bien connu, aiguise l'esprit mais émousse le corps."

"Le chaos est un état qui ne peut pas durer."

"La maison immense semblait ronfler, comme chaque nuit. Une étrange respiration qui émanait des murs, des meubles de famille, des tableaux, des coussins même."

"Si jeune et déjà syndiqué, songea Bertrand. La vie est un gâchis."

"À l'intérieur de lui, un magma bouillant, de la lave en fusion, rien de stable, rien de pérenne. À l'extérieur, des choses organisées de l'espace et du temps, la normalité, passage des saisons, agencement des objets, lignes droites des ceps de vigne, courbures douces des allées, lignes pures. Même les feuilles des arbres où jouaient le vent de juin suivaient une danse précise et mesurée."

"- De nos jours, les gens se marient vraiment n'importe où. Voyez-vous, Eddy, ce qui ne laisse pas de m'étonner, c'est même qu'ils persistent à se marier. Avec tous les tracas que ça cause ! Ça dépasse l'entendement."        

Les billets de Nadège, Noukette, Jérôme et de L'Usine Nouvelle !
Mon billet sur Ma mère, le crabe et moi. 



ISBN 978 2 8126 1103 2
200 pages
2016
18,80€

28 commentaires:

  1. Tu peux me servir le ballon de cognac avant, stp. Après, j'ai peur de me noyer par la vague de cognac déferlant sur les Charentes pour peu que le tsunami atteigne la Dordogne... Je suis foutu, mais ça ferait une belle mort sous une vague de ce nectar doré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut bien commencer par le début. Mais pas la peine de ranger la bouteille !

      Supprimer
  2. C'est bien beau de mettre en photo ton fer à repasser, mais elle est où ta bouteille de Cognac ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça la fout mal, je n'ai même pas une bouteille de Cognac chez moi !! ^^

      Supprimer
    2. Une honte quand même ! Je ne sais pas comment les Charentais t'acceptent encore parmi eux... Peut-être à cause de l'accent...

      Supprimer
    3. Accent qui ne t'a pas encore blessé les oreilles...

      Supprimer
  3. Je viens d’aller relire ton billet sur Ma mère, le crabe et moi, elle semble merveilleuse et touchante cette auteure, d’arriver à atteindre la bonne dose d’équilibre, dans les mots et le ton, en pivotant entre sujets graves et humour. J’admire ceux qui arrivent à le faire, à nous parler d’un sujet délicat (sérieux) sans tomber dans le pathos. J’adore aussi ton choix d’extraits qui justement démontre bien cet équilibre dont elle semble capable.
    Ohhhhh et cette estampe japonaise! <3 <3 <3
    Elle illustre tellement bien l’effet papillon des événements qui s’enchaînent...
    SUPER billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une auteure à découvrir d'urgence, vraiment !
      Tu adorerais certains de ses livres mais pour ça, il va falloir être bien sage... ;)

      Supprimer
    2. "À l'intérieur de lui, un magma bouillant, de la lave en fusion"

      ça sent l'interdiction au moins de 18 ans, surtout avant l'explosion...

      Supprimer
  4. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, comme toujours avec Anne Percin d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a vraiment un truc à part je trouve...

      Supprimer
  5. J'ai beaucoup aimé le ton de ce roman, les personnages sont inoubliables !

    RépondreSupprimer
  6. Le cognac, c'est un peu fort pour moi alors j'en prendrais une lichette après avoir lu le livre ;-) Je n'ai jamais rien lu de cet auteur et ton billet donne envie d'en savoir plus, merci manU !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une auteure que je te recommande chaudement !!

      Supprimer
  7. Et si je te disais que je n'ai jamais bu de Cognac ? Bah quoi, il faut bien commencer un jour ! Alors vas-y, sers m'en juste une larme, histoire de tremper mes lèvres ;-)
    Ta chronique donne très envie de découvrir cette plume !
    Et j'adore l'estampe d'Hokusai ! Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas trop tard pour bien faire ! ;)
      Le héros est fan d'estampes japonaises...

      Supprimer
  8. C'est la première fois que je lisais cette auteure. Je vais maintenant me pencher sur ses romans jeunesse...

    RépondreSupprimer
  9. jolie dédicace... encore un auteur que je n'ai toujours pas lue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En jeunesse ou en adulte, tu n'as que l'embarras du choix !

      Supprimer
  10. Pour moi pas de ballon de cognac mais je veux bien avec le livre, la balance et le fer, ça irait trop bien chez moi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va falloir être très très gentille... ;)

      Supprimer
  11. Je viens de chez Nadine et je suis envoutée par ta critique de Sous la vague... Il me le faut!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...