dimanche 16 décembre 2012

Les Âmes grises - Philippe Claudel






Quatrième de couverture:

"Elle ressemblait ainsi à une très jeune princesse de conte, aux lèvres bleuies et aux paupières blanches. Ses cheveux se mêlaient aux herbes roussies par les matins de gel et ses petites mains s’étaient fermées sur du vide. Il faisait si froid ce jour-là que les moustaches de tous se couvraient de neige à mesure qu’ils soufflaient l’air comme des taureaux. On battait la semelle pour faire revenir le sang dans les pieds. Dans le ciel, des oies balourdes traçaient des cercles. Elles semblaient avoir perdu leur route. Le soleil se tassait dans son manteau de brouillard qui peinait à s’effilocher. On n’entendait rien. Même les canons semblaient avoir gelé.
« C’est peut-être enfin la paix… hasarda Grosspeil.
– La paix mon os !» lui lança son collègue qui rabattit la laine trempée sur le corps de la fillette."

Les Âmes grises (Prix Renaudot 2003, consacré meilleur livre de l'année en 2003 par le magazine Lire, Grand Prix des lectrices de Elle catégorie roman) a été traduit dans vingt-cinq pays.



Mes impressions: 

Une couverture dans les tons de bruns, un peu sépia. Une petite fille, des branchages ou plutôt des broussailles. Les Âmes grises, on sent que la gaité ne sera pas de mise.

On entre à peine dans l’histoire et déjà, elle nous happe. Qui est le narrateur ? Comment sait-il ? Où se situe-t-il au milieu de tous ces événements et de ces différents personnages ?

Très vite, vient l’Affaire, la majuscule est d’importance, le terrible assassinat de cette petite fille, la bien nommée Belle de jour, d’autres meurtres suivront. Un suspect se dessine rapidement et parallèlement, notre envie de savoir et d’enfin comprendre nous emporte.

L’opposition entre les petites gens et les notables tout-puissants, le pot de terre contre le pot de fer, donne toute sa force et contribue à donner corps à cette histoire qui fleure bon la province française de cette époque troublée par  la première guerre.

Plus encore que pour l’histoire, particulièrement poignante, j’ai eu un véritable coup de cœur pour l’écriture de Philippe Claudel que j’ai découvert avec ce livre. Une écriture parfaitement calibrée, toute en nuances, en évocations, en émotions et en parfums, déjà, qui amplifie la véracité et l’authenticité du récit.

Le monde et les hommes ni tout noirs, ni tout blancs et les âmes grises...



Un grand merci à Anne pour cette belle découverte.





Philippe Claudel

Extraits:  

"On sait toujours ce que les autres sont pour nous, mais on ne sait jamais ce que nous sommes pour les autres."

"C'est douloureux d'écrire. Je m'en rends compte depuis des mois que je m'y suis mis. Ça fait mal à la main, et à l'âme."

"On doit leur apprendre ça dans les séminaires: frapper les imaginations avec quelques phrases bien tournées."

"C'était sa façon, au juge, de réduire à rien celui à qui il parlait. Il ne disait pas tu, ni vous, il disait il ou elle, comme si l'autre n'était pas là, comme s'il n'existait pas, comme si rien ne laissait supposer sa présence. il le rayait grâce à un pronom."

 

Le Livre de Poche N°30515
ISBN 978 2 253 10908 2
280 pages


(Offert pour mon anniversaire par une belle nantaise)

13 commentaires:

  1. Pas facile d'offrir un livre, mais là la personne a bien choisi. Merci pour le partage.
    Bonne semaine, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent choix oui.
      Bonne semaine à toi aussi FLaure.

      Supprimer
  2. Un très joli moment de lecture...et ce sublime passage...
    " Hier, je suis allé traîner vers le pont des Voleurs.
    Tu te souviens?
    Quel âge avions nous?
    Un peu moins de 20 ans?
    Tu portais une robe couleur de groseilles.
    J'avais le ventre serré.
    Nous étions sur le pont et nous regardions la rivière.
    Ce courant, tu me disais, c'est notre vie qui passe, regarde comme elle va loin, regarde comme elle est belle, là, entre les fleurs de nénuphar, les algues aux cheveux longs, les berges de terre glaise. Je n'osais pas te prendre par la taille.
    J'avais dans mes tripes un noeud si violemment serré que je respirais à peine.
    Tes yeux regardaient le lointain.
    Les miens regardaient ta nuque.
    Je sentais ton parfum d'héliotrope et celui de la rivière, tout de frais et d'herbes mâchées.
    Puis, sans que je m'y attende, tu t'es tournée vers moi, m'a souri, et tu m'as embrassé.
    C'était la première fois.
    L'eau courait sous le pont.
    Le monde avait l'éclat des beaux dimanches.
    Le temps s'est arrêté."

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce magnifique partage.
      Bonne soirée à toi aussi.

      Supprimer
  3. Au fait,
    Joyeux anniversaire !
    Je sais pas quand c'est, après tout peu importe, je crois que ça n'a pas vraiment d'importance et d’intérêt, ICI.

    Après cette politesse d'usage, et après avoir lu tes impressions, ça me donne bien envie de le découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse-toi tenter, tu ne le regretteras pas.

      Supprimer
  4. Je dois dire que la rencontre ne s'était pas faite pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, je l'ai de beaucoup préféré à Parfums mais j'en lirai d'autres de lui pour me faire une idée encore plus précise.

      Supprimer
  5. Belles fêtes à toi et à ceux qui t'entourent. Peut-être beaucoup de bonnes lectures dans la hotte du "père noël".
    A bientôt, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes à toi aussi FLaure et à bientôt.

      Supprimer
  6. Claudel,un univers particulier.... lorsque l'on y a goûté, difficile de s'en passer !!!

    RépondreSupprimer
  7. J’aime tellement cet auteur! La petite fille de Monsieur Linh, j’en ai laissé des larmes. Le Rapport de Brodeck, tellement bon aussi. Les âmes grises est le prochain que je me promets de lire de l’auteur. Tu me donnes tellement envie de le lire maintenant, mais comme tu dis, c’est pas joyeux joyeux, j’attendrai peut-être les longs mois d’hiver! (mdr) J’aime trop cette phrase qui lui rend si bien justice « j’ai eu un véritable coup de cœur pour l’écriture… toute en nuances, en évocations, en émotions et en parfums ». Tellement beau ce que tu dis là, « tout en parfum »…

    RépondreSupprimer
  8. Je ne peux que te le recommander celui-ci, j'ai tout simplement adoré !
    Les deux dont tu parles sont dans ma PAL, cool ! Merci du conseil ! :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...