jeudi 21 février 2013

Le Combat ordinaire - 3 - Ce qui est précieux - Manu Larcenet






Quatrième de couverture:

C'est l'histoire 
d'un photographe en deuil
d'un atelier à ranger
d'un livre à finir
et de Gugusse avec son violon...

Mes impressions: 

J’ai adoré ce troisième opus du Combat Ordinaire de Manu Larcenet.

J’ai beaucoup aimé l’image d’ouverture et de clôture cet album. La première représente Émilie, pensive, face à la mer. La dernière représente, la mère de Marco, pensive, face à la mer. Deux femmes importantes dans sa vie entre quiétude et inquiétude. J’ai beaucoup aimé les moments que Marco passe à vider l’atelier de son père suite à son décès dans le tome précédent. Une multitude de souvenirs s’entrechoquent. Je le revois debout les yeux fermés, comme pour mieux s’imprégner de cette atmosphère paternelle pour la dernière fois et pour mieux se remémorer les moments passés, les moments du passé.


J’ai été touché par le plan sur les lunettes du disparu, celles-là même à travers lesquelles il regardait la vie. J’ai été touché par Marco et sa mère, autour du feu dans le jardin, qui regardent des pans communs de leur vie s’envoler en fumée. J’ai été touché par les carnets sur lequel le père notait des petits instantanés de vie, à priori anodins, comme un parallèle avec les photos de Marco qui immortalisent des instants de vies elles aussi. J’ai été touché par l’angoisse de Marco à l’idée d’avoir un enfant. Pour Émilie, il en va de leur avenir commun. Pour Marco, devenir père, c’est grandir un peu. Grandir, c’est mourir un peu. J’ai été touché par l’élaboration de son livre, constitué de ses photos, hommage aux ouvriers de l’Atelier 22 et donc indirectement à son père défunt.

J’ai été attendri par Marco, ses angoisses, sa spontanéité, sa sincérité, sa vérité au sens littéral du terme. Deuil, souvenir, mémoire, paternité, maturité, amour, tout ce qui compose la vie, tout ce qui compose notre vie, tout ce qui est précieux…


Extraits: 

"[...] j'aime les images... Elles racontent aussi bien les hommes qu'elles représentent que ceux qui les font."

"Quand on ne meurt pas, il faut bien se résoudre à vivre..."

"- Quel genre de relation tu avais avec ton père ?
- Bien... Compliquée... Mais c'est souvent comme ça entre père et fils... C'est compliqué..."

"Des souvenirs, j'en ai plein la tête, j'ai pas besoin d'en avoir plein mes tiroirs."

"Envisager d'être père, c'est non seulement se résigner à l'idée de sa propre mort... Mais c'est aussi renoncer à sa vie d'homme faillible pour devenir un fantasme qui n'aura droit qu'à l'erreur."

  
ISBN 978 2205 05791 1
64 pages

(offert)

8 commentaires:

  1. Et toi tu m'as touché avec ton Marco!
    La nuit porte conseil. Tu m'as vraiment donné envie de lire cette BD, de découvrir cet auteur, un autre Manu, et tes choix d'extraits sont magnifiques.

    Merci, j'ai trop hâte de la lire :D

    RépondreSupprimer
  2. Tu te régales vraiment avec cette série et je te comprends !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et c'est d'autant plus difficile de trouver les bons mots...

      Supprimer
  3. J'ai été touché de te sentir touché...
    Faudrait peut-être que je me mettes à la BD...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle sensibilité à fleur de peau !...

      Supprimer
  4. Une très bonne série en effet. J'aime beaucoup Manu Larcenet, avec une petite préférence pour sa veine tendre et comique, genre "Le retour à la terre".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime également beaucoup "Le retour à la terre", j'ai terminé le 4ème hier soir et j'attaque le 5ème et dernier ce soir. Un vrai bonheur ! :)

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...